1,8 M$ pour le développement économique de la Haute-Yamaska et de Brome-Missisquoi

·3 min read

ÉCONOMIE. Les MRC Brome-Missisquoi et de la Haute-Yamaska recevront 1,8 M$ pour participer à la création du réseau Accès entreprise Québec (AEQ). Ce réseau vise à améliorer et harmoniser les services directs offerts aux entreprises du territoire.

«Le gouvernement du Québec veut s’assurer que les entreprises ont accès à des services d’accompagnement, de capital de croissance et d’investissement et respectueux des spécificités régionales», écrit le ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI). Le gouvernement du Québec dit vouloir proposer aux entrepreneurs une approche renouvelée et actuelle de l’entrepreneuriat.

Toutes les régions du Québec auront leur part du gâteau. Québec investit 97,5 M$ sur cinq ans. 90 M$ pour l’ajout de ressources dans les municipalités régionales de comté (MRC) et 7,5 M$ pour améliorer les compétences des ressources, le développement d’outils d’intervention et la synergie des interventions entre les régions. L’annonce de ce nouveau programme a été faite par la ministre déléguée au Développement économique régional, Marie-Ève Proulx et le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon. Près de 200 personnes seront engagées sous peu pour y travailler.

Pour Paul Sarrazin, préfet de la MRC de la Haute-Yamaska, c’est une bonne nouvelle, d’autant que sa MRC sera maître d’œuvre de l’implantation de son bureau

(AEQ). «On connaît les particularités de nos entreprises, on est groundé sur le terrain et en mesure de faire des interventions. On devient une porte d’accès pour le développement économique local et régional. Pour les cinq prochaines années, on peut déployer un plan de match et engager du personnel, car de petites entreprises ont de bonnes idées», souligne M. Sarrazin. «Mais elles n’ont pas nécessairement le temps et les connaissances pour faire croître leur entreprise, donner une plus-value au développement de nos communautés et nos territoires. Des grandes idées il peut y en avoir dans les petites localités», dit-il.

La formule des AEQ n’est pas nouvelle. Elle emprunte son fonctionnement aux Centres locaux de développement (CLD) dont plusieurs ont été abolis en 2015 par le gouvernement Couillard. «À court terme, si le travail est bien fait, ça va être rentable collectivement. On fait partie des MRC qui ont aboli les CLD. En Haute-Yamaska, il y a des choses en place qu’on n’aura pas besoin de retoucher. Au niveau du développement économique et de l’innovation, il manquait quelque chose sur notre territoire » et les AEQ vont combler ce vide, estime M. Sarrasin.

Patrick Melchior, préfet de la MRC de Brome-Missisquoi juge aussi que c’est une belle nouvelle. «Au niveau économique, la pandémie a créé beaucoup d’écueils. Ça va faire une différence.»

Rappelons que la MRC de Brome-Missisquoi n’a pas démantelé le CLD de son territoire en 2015. Sa mission est similaire aux nouveaux AEQ. Les sommes accordées y seront intégrées. «Ça va nous permettre d’engager des personnes spécialisées au niveau des relations avec les entreprises. C’est un ajout à ce qu’on offre déjà. Il faut s’occuper de l’emploi. Ça ne le remplace pas, ça va le bonifier», conclut M. Melchior.

Boris Chassagne, Initiative de journalisme local, La Voix du Sud