100 M$ pour augmenter l'offre de services de soutien à domicile

·2 min read

POLITIQUE. Le gouvernement vient d’annoncer un montant récurrent annuel de 100 M$ qui sera octroyé aux différents établissements du réseau de la santé et des services sociaux et à leurs partenaires afin de bonifier l'offre de services de soutien à domicile. «Notre gouvernement s'est engagé à améliorer les services de soutien à domicile, tant sur le plan de leur accessibilité que de leur qualité. Avec l'annonce d'aujourd'hui, nous bonifions notre engagement, qui était de 800 M$ sur quatre ans, à 1,4 G$. Cette bonification des services s'inscrit à la suite des efforts amorcés au cours des derniers mois pour mieux répondre aux besoins croissants des Québécoises et des Québécois qui souhaitent demeurer à domicile. Nous voulons ainsi offrir aux citoyens la possibilité de conserver leur autonomie le plus longtemps possible, au cœur de leur communauté», souligne Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux.

La plus grande partie de cette somme, soit 65 M$, qui sera octroyé aux CISSS et aux CIUSSS, servira à augmenter le volume et l'intensité des services de soutien à domicile selon les besoins. Toutes les clientèles devraient bénéficier de ces services, notamment les personnes aînées, les personnes ayant une déficience physique, une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l'autisme, les personnes présentant des maladies chroniques et les personnes requérant des soins palliatifs et de fin de vie à domicile. Ce montant devrait également servir à combler des besoins de courte durée des usagers, par exemple en post-hospitalisation, qu'ils soient enfants, adultes ou aînés.

Un autre montant de 10,5 M$ vise à bonifier les conditions de travail des travailleurs engagés de gré à gré dans le cadre de la modalité allocation directe / chèque emploi-service. Le taux horaire minimum de 14,25 $ de l'heure passera ainsi à 16,00 $, ce qui représente une augmentation globale de 1,75 $ de l'heure. Cette augmentation inclut l'indexation annuelle de 0,97 % prévue au 1er avril 2020.

Du côté des entreprises d'économie sociale en aide à domicile (EESAD), un montant de 14,7 M$ servira d'une part à bonifier de 2 M$ l'aide variable du Programme d'exonération financière pour les services d'aide domestique (PEFSAD) et d'autre part à bonifier les conditions de travail des préposés à domicile de 1,75 $ de l'heure, grâce à un financement de 12,7 M$. Les établissements de santé et de services sociaux verseront les montants aux EESAD pour les services achetés, à hauteur de 3,7 M$. La différence sera versée en mesure compensatoire par l'entremise du PEFSAD.

Finalement, 2,3 M$ seront consacrés à l'achat d'équipements non capitalisables et 7,5 M$ aux fonctions de supervision clinique, de soutien clinique ainsi que pour les coûts administratifs et techniques associés.

Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local, L'Hebdo Journal