16,5M$ pour internet haute vitesse dans le Nord-du-Québec

·3 min read

LEBEL-SUR-QUÉVILLON-Québec et Ottawa, via divers ministères, ont annoncé mardi matin des investissements totalisant 16,5 M$ pour amener la technologie Internet à haut débit dans la région du Nord-du-Québec. C’est Eeyou Communications, une entreprise sans but lucratif reliée à la communauté crie, qui est responsable du projet.

«Dans le contexte de pandémie actuel, Internet à haut débit dans une région comme la nôtre, ce n’est plus un luxe, c’est une nécessité, a déclaré le député caquiste d’Ungava, Denis Lamothe. Déjà 5826 nouveaux foyers ont pu être branchés dans des villes comme Matagami, Chibougamau, Lebel-sur-Quévillon et Chapais.»

M. Lamothe ajoute que plus de 500 entreprises vont aussi bénéficier de ce nouveau service. «L’achat en ligne et le télétravail, c’est une réalité pour nous aussi, souligne-t-il. En 2020, c’est rendu nécessaire pour nos entreprises, si elles veulent continuer de croître, d’avoir accès aux nouvelles technologies. Ces entreprises veulent être sur un pied d’égalité avec leurs concurrentes du sud.»

Un exploit technique

Le projet utilise la fibre optique pour mettre sur pied un réseau de base de qui fournira un accès Internet haut débit fiable à 16 collectivités, ainsi que l’infrastructure du dernier kilomètre pour atteindre les foyers non desservis dans trois de ces collectivités du Nord-du-Québec et de la Mauricie. Également, des réseaux de dernier kilomètre permettront d’améliorer la capacité à large bande pour 6 176 foyers mal desservis dans ces régions.

Au total, Eeyou Communications a dû dérouler et enfouir 366 km de fibre optique jusqu’ici pour son projet. «Nous avons surmonté plusieurs obstacles, a indiqué le directeur général, Alfred Loon. C’était important pour les communautés du secteur Eeyou-Itschee (les communautés cries du Nord-du-Québec) et pour leur gouvernement d’être à jour. J’ai eu plusieurs demandes de la part du secteur de l’éducation et du Cree Health Board, pour qui cette technologie était aussi devenue nécessaire.»

Le secteur minier

Les secteurs d’Eeyou-Itschee et de la Jamésie vivent actuellement un boom de leur secteur minier. Des projets comme Nemaska Lithium, situé à 300 km au nord de Chibougamau, ou le projet Windfall, d’Osisko Mining, situé à 100 km à l’est de Lebel-sur-Quévillon, sont en pourparlers avec Eeyou Communications.

«Les discussions avancent bien aussi avec Goldcorp, souligne M. Loon. Ces entreprises travaillent maintenant avec la haute technologie pour analyser les gisements, et internet haute vitesse est devenu important pour elles aussi. Dans le cas de Goldcorp, ça devrait déboucher dans les prochains jours.»

Ruralité et internet

Présent lors du point de presse, le député de Pontiac, William Amos, a souligné l’importance d’amener internet haute vitesse dans les zones isolées. «Je suis dans un comté rural et isolé, en Outaouais, dit-il. . La crise de la COVID-19 nous a fait réaliser plus que jamais auparavant l’importance cruciale d’un accès au monde numérique. En investissant dans ce nouveau projet dans le cadre du programme Brancher pour innover, nous continuons de combler le fossé numérique afin que les Canadiennes et Canadiens des régions rurales du Québec puissent profiter eux aussi de tous les avantages qu’offre le numérique.»

Le député caquiste d’Orford, Gilles Bélanger, a souligné le travail d’Eeyou Communications, en ajoutant que grâce à cette annonce, l’objectif de brancher tous les foyers québécois à la haute vitesse est maintenant en vue. «Cette annonce vient confirmer que notre programme a atteint sa vitesse de croisière, a-t-il déclaré. Je pense que dans les 22 prochains mois, nous pourrons dire mission accomplie.»

Michel Ducas, Initiative de journalisme local, La Presse Canadienne