4400 travailleurs de la santé seront vaccinés en quatre jours en Montérégie

·3 min read

Pour sa première vague de vaccination, la santé publique de la Montérégie prévoit inoculer 4400 travailleurs de la santé œuvrant en première ligne auprès des résidents des centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD).

Comme annoncé la semaine dernière, les deux sites de vaccination choisis se trouvent hors CHSLD contrairement à ce que prévoyaient les recommandations du Comité sur l’immunisation du Québec. Ce choix s’explique par une recherche d’efficacité.

Le vaccin fabriqué par Pfizer est distribué en boîtes de 975 doses congelées. Une fois ces doses dégelées, elles ne peuvent être déplacées d’un endroit vers un autre, selon les consignes du fabricant, par crainte d’une perte d’efficacité. Comme il n’existe pas de CHSLD regroupant autant de personnes en un même lieu, il a été jugé préférable d’immuniser d’abord le personnel de soins de tous les établissements incluant les ressources intermédiaires et de type familial (RI-RTF).

Des rendez-vous seront donnés au personnel de manière coordonnée par les administrations de santé de la région. La vaccination aura lieu les 23, 24, 26 et 27 décembre. Les travailleurs de la Montérégie-Est ainsi qu’une partie de ceux de la Montérégie-Centre devront se rendre au Pavillon La Coop de Saint-Hyacinthe, alors que les travailleurs de la Montérégie-Ouest et l’autre partie de ceux de la Montérégie-Centre devront se rendre à la clinique de vaccination du Quartier Dix30, à Brossard.

Les trois Centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie ont déjà mis sur pied leur équipe mobile en attente de l’arrivée d’un vaccin pouvant être déplacé. Dès que des doses du vaccin Moderna seront disponibles, ces équipes seront déployées par ordre de priorité dans les CHSLD du territoire afin d’inoculer les personnes les plus vulnérables aux complications de la COVID-19.

Malgré le «vent d’espoir» qui souffle avec l’arrivée des vaccins, la directrice régionale de la santé publique, Dre Julie Loslier, appelle la population à ne «surtout pas relâcher les mesures» de prévention. «Ça va être d'autant plus important pendant la période des Fêtes qui s'amorce», a-t-elle insisté en conférence de presse virtuelle lundi matin.

Pour le moment, les deux sites de vaccination demeurent fermés au public. Selon la stratégie prévue, on attend l’arrivée de vaccins mobiles pour aller à la rencontre des clientèles vulnérables dans les établissements de soins. On n’a donc pas l’intention pour le moment d’inviter des personnes âgées autonomes à se déplacer vers les cliniques de vaccination.

Le personnel de soins, comme le reste de la population, a le choix ou non de recevoir le vaccin. Selon Dre Maryse Guay, médecin-conseil à la direction de la santé publique de la Montérégie et membre du comité sur l'immunisation du Québec, il est légitime de se poser des questions face à un nouveau vaccin, mais elle assure que ceux approuvés contre le virus du SRAS-CoV-2 sont tout à fait sécuritaires.

«Les gens pensent que ça a été fait rapidement parce qu’on a tourné les coins ronds, mais ce n’est pas le cas du tout. Ça a été fait rapidement parce qu’il y a eu un effort colossal qui a été fait à l’échelle mondiale des scientifiques, de la recherche, du financement, du soutien gouvernemental», a expliqué la spécialiste.

Dre Guay ajoute qu’il ne faut pas se laisser berner par les gens qui hésitent envers la vaccination et qui sont très «vocaux» sur les réseaux sociaux. À son avis, ces personnes font beaucoup de bruit, mais «le phénomène n’est pas aussi grand que cela laisse croire».

Par ailleurs, la situation ne s’améliore pas en matière de propagation du coronavirus en Montérégie. Selon les plus récentes données, on a recensé une moyenne de 275 nouveaux cas quotidiens au cours de la dernière semaine.

Ugo Giguère, Initiative de journalisme local, La Presse Canadienne