Abitibi-Témiscamingue: 52 000 abonnés privés de courant par une tempête

Michel Ducas, Initiative de journalisme local
·3 min read

ROUYN NORANDA, Qc — Des vents estimés à près de 100 km/h mélangés à de la neige lourde dans la région de l’Abitibi-Témiscamingue dimanche soir ont provoqué plusieurs pannes majeures chez les abonnés d’Hydro-Québec.

«Au plus fort de la panne, vers 23h dimanche soir, 52 000 abonnés étaient privés de courant sur un total de 81 000 en Abitibi-Témiscamingue, soit près des deux tiers des abonnés, signale le porte-parole d’Hydro-Québec pour la région, Patrick Compartino. Les pannes touchaient autant la distribution que le transport, ce qui a rendu la tâche d’autant plus complexe pour nos équipes.»

À 10h ce matin, il restait encore 14 000 abonnés à rebrancher, ce qui pourrait prendre jusqu’à 24h supplémentaires, en raison de l’isolement de certains secteurs.

La direction régionale a même dû faire appel à une vingtaine d’équipes de l’extérieur pour venir prêter main forte à la quarantaine d’équipes sur place.

«Nous voulons rassurer tout le monde : nos équipes ont pris bien soin de respecter les normes sanitaires en vigueur, même si elles provenaient de zones rouges», souligne M. Compartino.

Rouyn-Noranda et Val-d’Or les plus touchés

Les secteurs de Rouyn-Noranda et Val-d’Or ont connu les pannes les plus importantes, avec, toutes proportions gardées, le secteur du Témiscamingue. Les pannes ont progressé vers le nord à mesure que la soirée avançait.

«En milieu de soirée, les pannes ont touché les secteurs de Lebel-sur-Quévillon et d’Oujé-Bougoumou, indique Patrick Compartino. Le ballottage des lignes de transport a causé des ennuis, sans compter la neige lourde qui amenait la végétation à toucher les lignes de distribution.»

Des tempêtes comme celle qui a touché l’Abitibi-Témiscamingue dimanche sont rares, mais pas exceptionnelles, selon Alexandre Parent, météorologiste à Environnement Canada.

«L’automne, c’est une bataille entre les fronts chauds d’été et les fronts froids d’hiver, et généralement l’hiver finit par l’emporter, explique-t-il. Ces fronts expliquent des écarts de températures rapides et des précipitations comme celles que l’on a connues. Dimanche, la température est passée en quelques heures de 3C à -4C.»

Ce cocktail a donné des maux de tête aux météorologues, notamment pour mesurer la force des vents.

«Officiellement, on a enregistré des pointes de vent à 75 km/h à Rouyn-Noranda et Val-d’Or, indique M. Parent. Mais la neige lourde a complètement neutralisé nos anémomètres. On estime que certaines bourrasques ont pu atteindre 90 ou 100 km/h.»

Un cocktail mortel

De telles conditions ont eu un impact majeur sur l’état des routes dans la région.

Vers 17h dimanche, une sexagénaire a perdu la vie lors d’une collision entre deux camionnettes sur la route 101, dans le secteur Destor de Rouyn-Noranda.

«La conductrice a perdu la maîtrise de son véhicule et est allée percuter un autre véhicule qui transportait un ponton, explique le Sgt. Jean-Raphaël Drolet, de la Sûreté du Québec. Sous la force de l’impact, le ponton est venu s’écraser sur l’autre camionnette, et la dame est décédée sur le coup.»

L’accident a fait trois autres blessés, mais on ne craint pas pour leur vie.

Les conditions routières difficiles ont également causé un accident lundi matin, peu après 8h sur la route 111, à Macamic, à une vingtaine de km de La Sarre.

Une jeune conductrice qui roulait en direction de La Sarre a dévié de sa voie pour aller percuter une autre voiture. Les trois occupants des deux véhicules ont subi des blessures importantes, mais on ne craint pas pour leurs vies.

Texte de l'Initiative de journalisme local

Michel Ducas, Initiative de journalisme local, La Presse Canadienne