Ajout de trois journées pédagogiques : le personnel de soutien est mécontent

·1 min read

ÉDUCATION. Les employés de soutien scolaire membres de la FTQ réagissent avec colère et découragement à l'ajout de trois journées pédagogiques annoncé par le ministre de l'Éducation mardi dernier. Un changement qui fait en sorte que les services de garde seraient ouverts toute la journée et sans frais. Leur personnel devrait donc prendre en charge une grande partie des élèves normalement en classe. «Accorder du répit aux enseignants, c'est très bien, mais le faire en surchargeant du personnel déjà à bout, quelle erreur ! Il n'est pas trop tard pour bien faire, il faut convertir ces trois journées en moment de préparation et planification également pour ces membres du personnel, qui en ont cruellement manqué depuis le début de la pandémie», déclare le vice-président du SCFP-Québec responsable du secteur de l'Éducation, Guillaume Bégin. «Nous étions déjà en première ligne au printemps dans les services de garde d'urgence sans les équipements de protection individuelle adéquats. Encore aujourd'hui, les équipements sont excessivement rationnés par endroit. De tout le personnel essentiel, nous sommes parmi les seuls à n'avoir touché aucune prime au printemps, alors que même le personnel des supermarchés en a touché et que nous rendions possibles les services de garde d'urgence. Ça en dit long sur notre dévalorisation chronique», ajoute la présidente du Conseil national du soutien scolaire (CNSS) du SEPB-Québec, Marie-Claude Éthier.

Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local, L'Hebdo Journal