Alors que Joe Biden devient président, voici comment réformer le collège électoral

James Krapfl, Associate Professor of History, McGill University
·5 min read
<span class="caption">Le Président élu Joe Biden parle de la pandémie COVID-19 à Wilmington, au Delaware, le 14 janvier 2021.</span> <span class="attribution"><span class="source">(AP Photo/Matt Slocum)</span></span>
Le Président élu Joe Biden parle de la pandémie COVID-19 à Wilmington, au Delaware, le 14 janvier 2021. (AP Photo/Matt Slocum)

La route a été semée d’embûches, mais un nouveau président américain est sur le point d’être assermenté.

Plusieurs sont ravis de passer à l’ère post-Donald Trump, en [particulier après le raid sur le Capitole américain par ses partisans en colère](https://theconversation.com/capitole-voici-comment-le-tissu-social-americain-est-en-train-de-se-desagreger-152724. Mais quoiqu’il en soit, il pourrait être utile de réfléchir à l’un des facteurs qui a provoqué beaucoup d’anxiété lors de la campagne électorale présidentielle de 2020 : la façon dont les votes sont attribués au sein du collège électoral, soit le processus par lequel les grands électeurs de chaque État déterminent qui a gagné l’élection présidentielle.

Tous les quatre ans, des commentateurs majoritairement libéraux affirment qu’il est profondément injuste que les votes dans les États peu peuplés comptent plus que ceux des États densément peuplés

Le débat tend à opposer ceux qui pensent que le président devrait être choisi sur la base du vote populaire à ceux qui soutiennent que le collège électoral est nécessaire pour équilibrer les intérêts des petits et des grands États.

Mais peut-être y a-t-il une troisième voie ?

Viser le compromis

Comme le prévoit la Constitution américaine, le collège électoral a pour objectif de trouver un compromis entre les intérêts divergents des différents types d’États (urbain contre rural, côtier contre intérieur, plus ou moins peuplé).

Le problème n’est pas le collège électoral en tant que tel, mais le principe du « winner-takes-all » (le gagnant remporte tout) que la plupart des États utilisent pour répartir leurs voix électorales. Des arguments solides peuvent être avancés — et ont été présentés lors de la Convention constitutionnelle de 1787 — pour expliquer que, dans un système fédéral, il est juste que le petit Delaware ait un impact par habitant plus important lors des élections présidentielles que la ville de New York, très peuplée. C’est le même compromis qui a établi une représentation égale des États au Sénat et leur représentation proportionnelle basée sur la population à la Chambre des représentants.

<span class="caption">Une peinture représentant la Convention constitutionnelle de 1787.</span> <span class="attribution"><span class="source">Library of Congress</span></span>
Une peinture représentant la Convention constitutionnelle de 1787. Library of Congress

Ce qui est clairement moins juste, c’est qu’un État répartisse tous ses électeurs à un candidat qui n’a peut-être même pas remporté la moitié des voix populaires de cet État.

« Je sais que c’est décevant pour les électeurs de l’Iowa », a déclaré la sénatrice Joni Ernst lorsqu’elle a reconnu la victoire de Joe Biden. Mais en vérité, ce n’est décevant que pour les 53 % de citoyens de l’Iowa qui ont voté pour Trump. Près de la moitié de la population de l’État a été soulagée.

Ne serait-il pas plus juste que les États divisent leurs votes pour refléter la division de l’opinion de leurs électeurs ?

Un autre moyen

Il ne s’agit pas d’une référence à la méthode utilisée par le Maine et le Nebraska, qui consiste à attribuer deux électeurs, le vainqueur remportant l’ensemble, sur la base du vote populaire de l’État et un électeur sur la base du vote dans chaque circonscription du Congrès. Pourquoi ne pas plutôt éliminer complètement le principe du « winner-takes-all » et répartir simplement les électeurs de chaque État proportionnellement au vote populaire dans cet État ?

Si cette pratique était appliquée à l’échelle nationale, Biden aurait encore gagné en 2020, Barack Obama aurait encore gagné en 2008 et 2012, et George W. Bush aurait encore gagné en 2004. Mais les choses deviennent plus intéressantes lors des deux récentes élections présidentielles où le vainqueur du collège électoral n’a pas remporté le vote populaire.

En 2000, la Floride aurait réparti ses voix 12-12 entre Bush et Al Gore sans qu’aucun tribunal n’ait à intervenir, et aurait attribué un 25e électeur à Ralph Nader. Bush aurait battu Gore 263 à 262 au Collège électoral, avec 13 électeurs pour Nader.

En 2016, Trump et Hillary Clinton auraient été à égalité avec 261 électeurs chacun, dont 14 pour Gary Johnson et un pour Evan McMullin et Jill Stein.

La Constitution américaine prévoit bien sûr le cas d’une égalité au sein du collège électoral. Mais si les États avaient permis aux électeurs des partis tiers de voter pour l’un des deux principaux candidats, selon la décision de ces électeurs ou des organisations des partis de leur État, les élections de 2000 et 2016 auraient pu produire des résultats plus proches du vote populaire national tout en maintenant l’équité entre les petits et les grands États.

Tous les États en bénéficient

L’équité fonctionnerait dans les deux sens. Les républicains de Californie et de New York auraient une voix, aux côtés des démocrates de l’Iowa et de l’Arkansas. Les votes pour les candidats de tiers partis ne seraient pas nécessairement gaspillés, du moins dans les États où le nombre d’électeurs est suffisant pour que les petits pourcentages aient de l’importance. La plupart des votes compteraient plus, aucun ne compterait moins.

Parfois, un grand électeur plus ou moins en faveur d’un candidat pourrait encore dépendre d’un petit nombre de votes, ce qui rendrait les recomptages nécessaires, mais les enjeux seraient moindres — un seul grand électeur, pas la liste de tout un État.

Les propositions visant à abolir le collège électoral sont finalement irréalisables. Il n’est tout simplement pas dans l’intérêt d’un nombre suffisant d’États de voter pour l’amendement constitutionnel nécessaire. Le National Popular Vote Compact — par lequel les États signataires affecteraient tous leurs électeurs au vainqueur du vote populaire national — se heurte au même obstacle impossible.

Mais qui peut s’opposer au principe selon lequel chaque vote devrait compter ?

La version originale de cet article a été publiée sur La Conversation, un site d'actualités à but non lucratif dédié au partage d'idées entre experts universitaires et grand public.

Lire la suite: