Après ses débuts à la Bourse de Toronto, Guru veut élargir son empreinte

Julien Arsenault
·3 min read

MONTRÉAL — Après plusieurs mois de préparation, le producteur de boissons énergétiques Guru s'attend à ce que son arrivée à la Bourse de Toronto donne le coup d'envoi à un élargissement rapide de son empreinte nord-américaine.

Déjà bien connue au Québec, en Californie ainsi que dans certaines parties de l'Ontario et de l'Atlantique, la société québécoise fondée en 1999, qui se présente comme la seule à offrir une boisson naturelle et biologique dans l'industrie, vend ses produits dans plus de 15 000 points de vente — 8000 aux États-Unis, 5000 au Québec et 2000 en Ontario.

À terme, elle souhaite que ses boissons se retrouvent sur les tablettes de 3000 à 6000 dépanneurs et stations-service de plus dans le reste du pays.

«On vient de finir un marathon mais on en commence un nouveau bien plus long», a lancé le président et chef de la direction de Guru, Carl Goyette, lundi, au cours d'une entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne à propos de l'arrivée de la compagnie sur le parquet de Bay Street, après quelques mois qui ont été les «plus occupés de sa carrière».

L'appétit des investisseurs était au rendez-vous, puisque le titre s'est temporairement transigé à 9,99 $, bien au-delà du prix initial fixé à 5,45 $. La hausse a finalement été de 57 %, ou 3,10 $, puisque l'action de Guru a clôturé à 8,55 $.

C'est par l'entremise d'une prise de contrôle inversée avec la société Mira X Acquisition que la société a fait ses débuts en Bourse, visant à boucler un financement de 34,5 millions $. Les trois principaux actionnaires de Guru, parmi lesquels figure M. Goyette, conserveront plus de 65 % de la société.

En dépit de la deuxième vague d'infections à la COVID-19, M. Goyette et ses associés ont décidé d'aller de l'avant en faisant le pari que la demande pour les titres de compagnies du secteur de la consommation pour les produits biologiques allait demeurer vigoureuse. L'argent récolté grâce au placement privé servira à alimenter la croissance.

«On veut faire le ménage dans l'industrie des boissons énergisantes, a dit M. Goyette. On va continuer à faire ce qu'on fait au Québec et en Californie, mais au printemps, il y aura un lancement national (au Canada) dans lequel nous pourrons être plus agressifs dans le commerce en ligne.»

Guru estime que le marché américain des boissons énergisantes — essentiellement dominé par des joueurs comme Red Bull, Monster, Bang et Rockstar — est évalué à 15 milliards $ US et qu'il atteindra 19,4 milliards $ US en 2024. Déjà présente dans des chaînes comme Metro, Sobeys et Shoppers Drug Mart (Pharmaprix au Québec), l'entreprise veut être plus présente dans les dépanneurs et les stations-service, où se réalisent environ 65 % des ventes dans l'industrie, selon M. Goyette.

De 2017 à 2019, les revenus de Guru ont bondi de 70 % pour s'établir à 17,5 millions $, selon la présentation offerte aux investisseurs. L'entreprise a également engrangé un profit de 705 000 $ l'an dernier. Au 31 juillet dernier, soit les neuf premiers mois de son exercice, Guru affichait des revenus de 16 millions $ et un bénéfice net de 989 000 $.

«Historiquement, on a eu beaucoup de succès, mais on le faisait avec notre propre argent, a dit M. Goyette. On devait faire des choix. On devra encore en faire, mais on aura un peu plus les moyens de nos ambitions.»

Dans le cadre de l'offensive visant à accroître son empreinte, il est possible que Guru affiche des pertes nettes, a dit son grand patron, en ajoutant que cela ne serait que temporaire.

Entreprise dans cette dépêche: (TSX:GURU)

Julien Arsenault, La Presse Canadienne