Aréna Jacques-St-Jean: un pas de plus est franchi

·3 min read

La proposition du conseiller de l’opposition David De Cotis de rebaptiser l’aréna Saint-François du nom de Jacques St-Jean a rallié les élus du parti au pouvoir, des deux oppositions et des élus indépendants lors de la séance du conseil municipal de janvier.

Ainsi, il a été décidé à l’unanimité d’en saisir le comité chargé d’analyser les demandes de dénomination toponymique.

«C’est un honneur en tant que représentant des citoyens de Saint-François d’appuyer cette proposition», a déclaré le conseiller et membre du Mouvement lavallois – Équipe Marc Demers, Éric Morasse.

Son collègue Yannick Langlois, qui préside aux destinées du Comité de toponymie, a pour sa part qualifié Jacques St-Jean de «bâtisseur» et de «personnalité très importante dans l’histoire du hockey et du sport de Laval», précisant que «le comité analysera le dossier» à la lumière de la Politique de dénomination toponymique. Celle-ci, adoptée au printemps 2018, vise à mettre en valeur le patrimoine et la culture locale par l’attribution de noms évocateurs à des lieux et espaces publics.​​

Aux yeux de M. De Cotis, le proposeur, il s’agirait d’un «honneur bien mérité» pour celui qui s’est dévoué pendant plus d’un demi-siècle auprès de la population lavalloise.

Conseiller municipal de Saint-François pendant 24 ans, soit jusqu’à ce qu’il quitte la vie politique en 2017, Jacques St-Jean avait été régisseur des sports pour l’ancienne ville de Chomedey avant la grande fusion de 1965.

Son nom est indissociable du hockey, lui qui a notamment dirigé dans les années 1970 le National de Laval à la belle époque de Mike Bossy. En 1975, il fonda sa propre école de hockey qui, pendant plus de 40 ans, a accueilli des milliers de jeunes Lavallois.

Aujourd’hui âgé de 85 ans, M. St-Jean, qui fut intronisé au Temple de la renommée du hockey québécois en 1996, a fait carrière dans l’enseignement, plus précisément au sein de la défunte Commission scolaire de Chomedey où il a œuvré à titre de conseiller pédagogique en éducation physique.

Si cette proposition devait être entérinée par le Comité de toponymie, l’aréna Saint-François deviendrait le 4e amphithéâtre à être rebaptisé sous l’administration Demers.

En 2014, l’aréna Laval-Ouest est devenu l’aréna Hartland-Monahan en l’honneur de celui qui fut le premier Lavallois repêché par la Ligue nationale de hockey. Les défunts Golden Seals de la Californie en avait fait leur choix en 1971.

Deux ans plus tard, ce fut au tour de l’aréna Samson de changer de nom pour celui de l’ex-grande vedette du Lightning de Tampa Bay, le Lavallois Martin Saint-Louis.

Enfin, en 2019, l’aréna Chomedey était renommé l’aréna Pierre-Creamer en l’honneur de cet entraîneur lavallois qui a notamment eu le privilège de diriger Mario Lemieux à la barre des Penguins de Pittsburgh à la fin des années 1980.

À lire également: Jacques St-Jean reçoit le Prix Artisan 2020

Stéphane St-Amour, Initiative de journalisme local, Courrier Laval