Augmentation importante des sauvetages en forêt

·4 min read

Les pompiers du Service de sécurité incendie de Lac-Brome et Sutton ont eu à intervenir 200 % plus souvent pour retrouver des randonneurs égarés ou blessés dans les sentiers. Une hausse importante par rapport à l’an dernier.

Quelque 28 interventions ont été menées jusqu’à présent en 2020, ce qui préoccupe le SSI. Chaque fois, un déploiement important de pompiers, de policiers et de premiers répondants est nécessaire pour retrouver les randonneurs blessés ou égarés.

Dans certains cas, l’équipe de pilotes de drones du SSI de Bromont a dû être appelée en renfort. Ce fut le cas la semaine dernière, à Bolton-Ouest, pour retrouver deux randonneurs perdus. Ils ont été repérés avant le décollage du drone, mais l’équipe a dû se déplacer tout de même, indique Hugo Brière, directeur du SSI de Bromont. Elle en a profité pour faire des tests de vision nocturne avec la caméra thermique, puisqu’il faisait noir au moment de l’intervention.

Lors de plusieurs des sauvetages, les randonneurs avaient fait preuve d’imprudence, selon le SSI de Lac-Brome et Sutton, et certains n’avaient pas les vêtements adéquats ni un minimum de matériel de survie.

Cet été, un nombre accru de randonneurs ont profité des sentiers de la région. « Plus il y a de monde, plus il y a d’incidents, constate Marc-Antoine Fortier, capitaine à la prévention et à la logistique pour le SSI de Lac-Brome et Sutton. C’est sûr que, parmi eux, il y a des gens qui ne sont pas préparés et qui s’en vont dans des sentiers non balisés. »

Selon la température, le sol peut devenir plus glissant et, si le marcheur n’est pas vigilant, il peut se blesser.

Une blessure loin de tout

La majorité des cas de sauvetage avaient été réalisés en raison de blessures. La Sûreté du Québec est venue en assistance aux pompiers.

« Ce sont des blessures mineures en général, poursuit M. Fortier. Les gens pouvaient se trouver en sentier pédestre ou sur un sentier de vélo de montagne. Ça pouvait aussi être un chasseur tombé sur son terrain. »

Pour les quelques cas de randonneurs perdus, qui se chiffrent sous la barre de la dizaine, la SQ était responsable des opérations, assistée par les sapeurs. Cette donnée est comptabilisée dans les 28 interventions.

« Je vais toujours recommander aux gens d’être bien équipés avant de partir, d’avoir de l’eau, de la nourriture, une lampe frontale, un cellulaire bien chargé. S’ils sont deux, qu’ils gardent un cellulaire fermé au cas où le premier manque de pile. »

M. Fortier recommande également d’avoir des vêtements adéquats dans son sac en fonction des prévisions météorologiques ainsi que de bons souliers.

Blessures plus importantes

À Bromont, les pompiers ont réalisé seize interventions en forêt jusqu’à présent cette année. En 2019, ils ont procédé au sauvetage de seize personnes en douze mois. L’année d’avant, ils ont dû intervenir à dix reprises.

Par contre, cette année, les pompiers ont à faire les premiers soins pour des blessures plus importantes, comme aux clavicules, aux bras, ou aux jambes. Ce sont des interventions médicales plus longues.

« Il y a plus de cyclistes et, avec le Parc des sommets maintenant ouvert, il y a beaucoup de gens qui viennent de l’extérieur pour aller chercher un niveau d’adrénaline plus élevé, remarque Hugo Brière, qui songe à former son équipe pour des sauvetages en pente forte. La majorité du temps, nos interventions sont pour des cyclistes. »

Dimanche, l’équipe de sauvetage de 10 à 15 personnes et tous les équipements requis ont été déployés pour secourir une personne qui s’était blessée au haut et au bas du corps dans le réseau du mont Oak. « Ça a nécessité une stabilisation complète de la personne. »

Pour la majorité, il s’agit de non-résidents. Ces interventions coûtent entre 1000 $ et 1500 $. « Ça coûte cher, mais on est au service des citoyens, ajoute M. Brière. Actuellement, les non-résidents ne reçoivent pas de facture, mais ça fait partie de nos préoccupations. On travaille pour voir comment on peut minimiser les impacts financiers pour nous. »

Des bornes utiles

« Depuis 2018, on a installé des bornes d’urgence dans les sentiers et ça nous aide beaucoup à les localiser, indique Hugo Brière. Les randonneurs peuvent aussi eux-mêmes se localiser avec le numéro de balise sur l’application Ondago. »

En voyant leur position, ils peuvent évaluer s’ils sont en mesure de sortir seuls du bois et appeler les urgences en lisière de forêt.

Grâce à une subvention, le SSI de Bromont s’est procuré un grand nombre de balises afin d’en faire profiter les autres municipalités de Brome-Missisquoi.

La Ville de Sutton et celle de Lac-Brome auront ainsi leurs propres balises l’an prochain. Elles ne paieront que les taxes sur l’achat groupé, selon M. Brière.

« On va commencer avec les sentiers les plus achalandés, comme le Parc d’environnement naturel de Sutton, les Sentiers de l’Estrie et Plein air Sutton », confirme M. Fortier. Comme la forêt est vaste dans cette région, les balises devraient simplifier de beaucoup le travail les sauveteurs.

Cynthia Laflamme, Initiative de journalisme local, La Voix de l'Est