Avancée énorme pour l’adoption coutumière sur la Côte-Nord

·1 min read

Meggie Fontaine de Uashat a reçu cet honneur, de la part d’une personne de son entourage. Elle est l’heureuse maman de la petite Uapukuniss, âgée de 5 mois. Elle n’a toutefois pas eu la chance de bénéficier de cette magnifique avancée, car sa communauté ne fait pas partie du Regroupement Mamit Innuat. Elle a dû faire des démarches supplémentaires, mais le plus important était de pouvoir avoir la garde de sa petite fleur.

Une personne proche de Meggie a appris, l’an dernier, qu’elle était enceinte. Ayant déjà ses enfants et ne souhaitant pas pour autant se faire avorter, elle a demandé à son amie si elle désirait adopter son enfant, selon des coutumes autochtones, existant depuis des millénaires, et reconnues depuis 2018 par le Code civil du Québec. Elle a même pu assister à l’accouchement, et a coupé le cordon ombilical.

Le Regroupement Mamit Innuat (RMI) servira d’autorité compétente pour les communautés d’Ekuanitshit, d’Unamen Shipu et de Pakua Shipu. Les demandes doivent respecter la coutume de la communauté, l’intérêt de l’enfant et le consentement de toutes les personnes impliquées. Il pourra s’agir également d’une alternative intéressante pour la Direction de la protection de la jeunesse.

« À titre d’autorité compétente, nous serons en mesure de récupérer une douzaine de dossiers en attente à la DPJ et de migrer vers une démarche qui permet de mieux répondre aux réalités actuelles des familles et surtout des enfants innus. Il s’agit d’un grand pas vers l’autodétermination des communautés et nous en sommes très fiers ! » partage Marie-Michèle Savard, Gestionnaire de projet au secteur Services sociaux du RMI.

Karine Lachance, Initiative de journalisme local, Ma Côte-Nord