Beterbiev devra de nouveau patienter: son combat face à Adam Deines est repoussé

Frédéric Daigle
·3 min read

MONTRÉAL — Décidément, Artur Beterbiev n'est pas dû pour se battre.

Celui qui n'a pas foulé un ring de boxe depuis octobre 2019 a vu son combat prévu le 11 janvier face à l'Allemand Adam Deines être repoussé à plus tard.

«C'est la faute des promoteurs cette fois, a indiqué à La Presse Canadienne Marc Ramsay, l'entraîneur de Beterbiev. La date ne convenait plus à Top Rank (le promoteur américain de Beterbiev), alors le promoteur russe qui organise l'événement a dû repousser le gala.»

Beterbiev (15-0, 15 K.-O.) devra donc patienter au moins jusqu'à la fin janvier, peut-être jusqu'au début de février avant de mettre en jeu ses ceintures des mi-lourds du World Boxing Council (WBC) et de l'International Boxing Federation (IBF).

Le Montréalais d'origine russe devait d'abord se battre en mars dernier au Centre Vidéotron de Québec contre le Chinois Fenlong Meng, aspirant obligatoire à son titre de l'IBF. Cet événement a été annulé au début de la pandémie de la COVID-19.

Quelques dates ont par la suite été avancées pour la tenue de ce combat en Russie, mais rien n'a tenu la route.

C'est finalement l'Allemand Deines (19-1-1, 10 K.-O.), classé cinquième à l'IBF, qui a pris la place de Meng. Mais ce combat devra aussi attendre.

Deines est aussi inactif depuis longtemps: il n'est pas monté dans le ring depuis sa victoire par K.-O. face au Russe Yevgenii Makhteienko, en septembre 2019.

Ramsay devait aller rejoindre Beterbiev en Russie à la mi-octobre afin de compléter le camp d'entraînement du Russe sur place. Les plans ont maintenant changé.

«Artur va revenir à Montréal la semaine prochaine, a indiqué Ramsay. Après sa quarantaine de 14 jours, nous allons reprendre l'entraînement ici. Mais ça ne nuira pas du tout à Artur, il est toujours dans le gymnase. Souvent, je lui donne congé et il m'appelle pour me demander de passer au gym. Je dois alors lui expliquer que c'est à moi, en réalité, à qui j'ai donné congé!»

Kean attend Fury

Du côté de Simon Kean, son promoteur Eye of the Tiger Management et lui attendent la réponse du clan de Tyson Fury pour savoir s'il sera de la finale du gala qui sera présenté le 5 décembre en Angleterre.

Camille Estephan, le président d'EOTTM, a confirmé à La Presse Canadienne que tous les détails contractuels étaient réglés et qu'on attendait seulement que le champion des lourds du WBC ne fasse son choix.

Fury (30-0-1, 21 K.-O.), devait affronter Deontay Wilder pour compléter leur trilogie dans les derniers mois, avant de se frotter à Anthony Joshua au début de 2021. La pandémie aura eu raison de ces projets.

Il souhaite maintenant livrer un combat préparatoire, possiblement contre Kean, au plus tard en décembre afin de se frotter à Wilder ou Joshua au printemps prochain.

Kean (19-1, 18 K.-O.) est classé 27e aspirant au titre de Fury au WBC.

Pas de nouvelle pour Rimouski

Au moment d'écrire ces lignes vendredi, Estephan ne pouvait toujours pas confirmer la tenue de son deuxième gala post-pandémie au Québec, qu'il souhaite organiser à Rimouski, le 21 ou le 22 novembre.

La direction régionale de la Santé publique doit approuver le protocole sanitaire proposé par EOTTM, qui a déjà reçu l'aval de la Santé publique provinciale.

«Nous devrions faire une annonce pour ce gala en début de semaine prochaine», a indiqué le promoteur.

Le 10 octobre dernier, Estephan a pu organiser un premier gala de sports de combat au Canada depuis février dernier en présentant trois combats au Centre Gervais Auto de Shawinigan, dont celui entre David Lemieux et Francy Ntetu.

EOTTM garde du mieux qu'il le peut ses boxeurs actifs malgré la pandémie. Trois d'entre eux seront en action en Russie le 2 novembre prochain et trois autres se rendront au coeur du Mexique pour un gala présenté le 7 novembre.

Frédéric Daigle, La Presse Canadienne