Bombe atomique P.Q.

·2 min read

HISTOIRE. Ingénieur dans le domaine nucléaire, Gilles Sabourin a consacré quinze ans de sa vie à mener une enquête sur l'aventure atomique montréalaise pendant la Seconde Guerre mondiale. Son livre Montréal et la bombe publié chez Septentrion fait revivre cette saga pendant laquelle des scientifiques européens ont bâti, dans le plus grand secret, un laboratoire stratégique au sein de l'Université de Montréal. «Alors que l'Europe est le théâtre d'une guerre sans merci, les Alliés s'inquiètent des avancées scientifiques des Allemands. Les Britanniques veulent prendre de vitesse Hitler et les physiciens du IIIe Reich. L'Angleterre étant trop proche de l'ennemi, c'est à Montréal qu'ils décident d'implanter en catimini un laboratoire de recherche nucléaire», explique Gilles Sabourin qui a bénéficié d’un contenu exclusif grâce à des journaux personnels jamais utilisés jusqu’à présent, des documents d’archives oubliés et des entrevues avec des scientifiques ayant œuvré dans le Laboratoire de Montréal. «En y déménageant leurs meilleurs scientifiques, les Britanniques ont en tête deux objectifs: mettre au point une bombe surpuissante et trouver une nouvelle source d'énergie. La collaboration avec les Américains se transforme en une course à l'atome, alors que le projet Manhattan est lancé par ces derniers», ajoute l’auteur qui a travaillé pendant plus de 20 ans pour Énergie atomique du Canada. «Je travaille moi-même dans le nucléaire comme ingénieur spécialisé dans la sécurité des centrales, ce qui, je crois, m’a donné une perspective et des connaissances spécifiques pour apprécier à leur juste valeur les travaux effectués à Montréal durant la guerre», précise Gilles Sabourin.

Notons que pour la première fois, on fait mention de l’apport des femmes à cette naissance de l’expertise canadienne en matière d’énergie nucléaire. Il faut savoir qu’elles composaient plus du quart du personnel du Laboratoire de Montréal lors de la Seconde Guerre mondiale.

Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local, L'Hebdo Journal