Chasse à l’orignal dans la Réserve faunique La Vérendrye : reprise des négociations

·2 min read

VAL-D’OR-Le nouveau ministre québécois des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, a fait son entrée en scène lundi, dans le cadre des négociations entre Québec et les communautés Anishinabeg de l’Abitibi-Témiscamingue concernant la chasse à l’orignal dans la Réserve faunique La Vérendrye.

Le ministre s’est rendu à Val-d’Or, où il a pu discuter avec les chefs des différentes communautés, ainsi qu’avec la Cheffe de la nation Anishinabeg, Verna Polson. Toutes les parties autour de la table de négociation ont convenu d’entreprendre des négociations le plus rapidement possible, pour éviter que ne se reproduisent des incidents comme ceux qui se sont produits lors de la saison de la chasse à l’orignal dans la Réserve La Vérendrye cet automne.

Des concessions

D’entrée de jeu, le ministre Lafrenière a annoncé qu’il retarderait le tirage au sort serait retardé à mars 2021. En échange, il demande aux Anishinabeg de ne pas utiliser de moyens de pression pendant ce temps. M. Lafrenière a également nommé un négociateur d’expérience, Mario Gibeault, pour le représenter dans ce processus de négociation.

«Je suis convaincu que c'est par le dialogue, la compréhension et le respect mutuel que nous parviendrons, ensemble, à trouver une solution permanente. Nous ne voulons pas que se reproduise une situation comme celle que nous avons vécue plus tôt, cet automne, qui fragilise les relations entre nos nations», a déclaré le ministre dans un communiqué.

Les Anishinabeg avaient bloqué plusieurs chemins d’accès aux zones de chasse un peu partout dans la Réserve faunique La Vérendrye, notamment dans la partie sud. Les barrages avaient forcé les chasseurs à faire des détours allant jusqu’à 500 km pour accéder à leurs camps, ce qui avait provoqué des tensions. Des points de contrôle avaient également été érigés à Lac-Barrière, à Kitcisakik et à Lac-Simon.

Michel Ducas, Initiative de journalisme local, La Presse Canadienne