CHLOWE, une marque de Saguenay qui a la cote sur Internet

·4 min read

Chloé Marceau a décidé il y a quelques années de faire le grand saut, devant le succès grandissant de son entreprise de vêtements en ligne. Quatre ans plus tard, la jeune femme de Saguenay compte des centaines de ventes par mois pour sa marque CHLOWE, qui totalise de nombreuses collections et qui regroupe d’ailleurs des milliers d’abonnés sur les réseaux sociaux.

Pour la jeune entrepreneure, tout a commencé par les réseaux sociaux. S’y intéressant depuis de nombreuses années, la Saguenéenne y a toujours été très active avec par exemple un blogue et des comptes sur les différentes plateformes.

La création de sa page Facebook a vraiment marqué le début de l’aventure de son entreprise. « Il y a quelques années, j’ai fait ma page Facebook, Hashtag Chlowe. Je partageais des coups de coeur et plein de petits trucs comme ça. J’ai eu l’idée à un moment donné de faire un chandail sur lequel j’avais dessiné une petite pêche, sur le coin gauche, pour moi. Je l’ai mis en photo sur mon blogue et c’est de là que tout est parti. Les gens m’écrivaient qu’ils en voulaient un », explique Chloé Marceau, lors d’un entretien téléphonique avec Le Quotidien.

Pour ce modèle, elle dessinait le motif à la main, pour chacune des commandes. Avec le nombre de demandes en hausse, Chloé s’est mise à produire les chandails à grande échelle.

Confrontée à la forte popularité de ses quelques produits, l’entrepreneure a dû faire un choix. Soit elle se concentrait sur ses études en Art et technologie des médias, ou elle se consacrait à fond sur son entreprise.

« Je me suis dit que je devais le prendre quand ça passait, alors je me suis lancée. Quatre ans plus tard, je fais encore ça, j’ai mon entrepôt dans ma maison et ça va vraiment bien. Je sors trois à quatre collections par année et de nouveaux modèles quasiment tous les mois. J’ai des centaines de ventes par mois », continue-t-elle. Elle a d’ailleurs toujours été inspirée par son père, qui est lui aussi en affaires.

Un quotidien chargé Chloé choisit elle-même les couleurs, crée les motifs et imagine les concepts de tous les produits de sa marque. Elle crée des chandails, mais également des jupes, t-shirts, pantalons, accessoires et maillots de bain. Une fois les vêtements produits, elle se charge de l’envoi des commandes et de la préparation, ce qui occupe le plus clair de son temps.

Ses créations ont rapidement fait le tour de la province et sont envoyées même partout au Canada. Avant l’arrivée de la COVID, il lui était arrivé d’envoyer des morceaux en Californie et même en Norvège !

Une autre partie importante de son quotidien est la création de contenu et de publicités de tout ce qui touche aux réseaux sociaux. Les siens se démarquent particulièrement sur la Toile. Sur sa page Instagram personnelle et celle de son entreprise, la Saguenéenne compte entre 13 500 et 15 000 abonnés. Sur Facebook, elle rejoint plus de 32 000 personnes.

Chloé Marceau est fière de faire ce qu’elle fait à partir de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Elle était la première à penser qu’avec sa passion de la mode, elle devait habiter dans une plus grande ville pour en vivre. Elle a habité quelque temps à Montréal, mais est rapidement revenue au Saguenay, car sa vie en région lui manquait trop.

« Avec les réseaux sociaux, je crois que peu importe où tu es, tu peux développer quelque chose. C’est vraiment ce que j’aime des réseaux sociaux, je peux rejoindre une belle communauté de gens de partout », insiste la jeune femme.

Objectifs Quand Chloé imagine l’avenir, elle espère que son entreprise prospère. « Tous les jours représentent un nouveau défi et mon objectif est toujours d’avoir de l’imagination, d’innover, de trouver de nouvelles idées pour les collections futures », révèle-t-elle.

La jeune entrepreneure a également avoué qu’elle travaillait activement sur la collection d’été, qui verra le jour au fil des prochains mois. Ce sera assurément l’une de ses plus importantes collections et la Saguenéenne a très hâte de la dévoiler. Elle se retrouvera sur son site Web, www.hashtagchlowe.com, avec tout le reste des vêtements.

Myriam Arsenault, Initiative de journalisme local, Le Quotidien