Économie : une PME sur cinq va disparaître après la pandémie, dit la FCEI

·3 min read

Selon la fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), au moins 181 000 propriétaires de Petites et Moyennes Entreprises envisagent « sérieusement » de fermer boutique, ce qui pourrait menacer plus de 2,4 millions d’emplois alors que 58 000 entreprises sont devenues inactives en 2020.

« Nous n’allons clairement pas dans la bonne direction. Chaque semaine qui passe sans une amélioration du climat d’affaires pousse plus de chefs d’entreprise à prendre une décision définitive. Plus il y aura de fermetures d’entreprises, plus cela entraînera des pertes d’emplois, et plus la relance économique sera ardue », a déploré le directeur principal de la recherche nationale à la FCEI, Simon Gaudreault.

L’évolution de la situation montre qu’entre 71 000 et 222 000 entreprises risquent la fermeture dans les prochains mois, ce qui menacerait entre 962 000 et 2 951 000 emplois selon des projections. Les entreprises les plus vulnérables sont dans le secteur des arts et des loisirs comme les gymnases et les salles de spectacles. Dans l’hébergement ou la restauration, les hôtels, les traiteurs et les restaurants qui ne sont pas non plus à l’abri. La Fédération a indiqué qu’une entreprise sur trois dans ces deux secteurs projette de fermer définitivement. Avec celles qui ont cessé leurs activités en 2020, elle planche sur des projections allant de 12 % à 26 % d’entreprises au bord de la fermeture.

Il s’agit d’au moins 20 % des emplois du secteur privé menacés selon la FCEI qui a fait une mise à jour de l’analyse sur les fermetures d’entreprises qu’elle avait publiée l’été dernier.

« Il est encore possible que les plans des chefs de PME changent si les choses s’améliorent, mais c’est alarmant de voir qu’ils sont aujourd’hui plus nombreux à envisager de fermer pour de bon leur entreprise que lors de notre première évaluation réalisée l’été dernier » a alerté M. Gaudreault.

Priorité à la préférence québécoise

« Après tous les déboires financiers et le gros stress émotionnel d’une année 2020 exceptionnellement difficile, ce mois de janvier fait plutôt penser à un cinquième trimestre de 2020 qu’à une toute nouvelle année », a commenté le vice-président Québec à la FCEI, François Vincent.

L’analyse de la FCEI a indiqué que 47 % des PME canadiennes sont ouvertes complètement à l’heure actuelle contre 62 % à la fin novembre. Au Québec, seulement 44 % des entreprises sont complètement ouvertes, 33 % ont tous leurs employés et 25 % enregistrent des ventes normales.

M. Vincent exhorte les consommateurs à appuyer les PME en les choisissant lors de leurs achats. Il souhaite aussi que les PME soient moins dépendantes des aides gouvernementales en générant davantage de ventes. Il faudrait pour cela, dit-il, que les gouvernements leur donnent « les moyens de rouvrir leurs portes de façon sécuritaire à un nombre limité de clients. Les enjeux sont considérables : emplois, recettes fiscales, diversité de nos milieux de vie. On doit tout faire pour que l’année 2021 soit celle où on aura aidé les PME à rester en vie et à retrouver la prospérité. »

Godlove Kamwa, Initiative de journalisme local, Le Canada Français