CoopéRégions : Un outil précieux d’accompagnement

·3 min read

Le service CoopéRégions, lancé à l’origine en Abitbi-Témiscamingue par l’organisme Les Accordailles, est maintenant déployé dans plusieurs régions du Québec. « Comme l’an dernier, nous voulons aider les gens de 50 ans et plus qui viennent à Montréal pour des soins médicaux. Nous pouvons les aider à trouver un hébergement et les accompagner tout au long de leurs séjours » nous fait savoir, Éric Côté, chargé de projet au service CoopéRégions. Le service est perçu différemment d’un endroit à l’autre. « Si certaines régions nous accueillent à bras ouvert, d'autres sont plus méfiantes et nous nous voient comme une menace. On sait même déjà fait dire bêtement, un non, pas intéressé… Pourtant, nous voulons tellement collaborer avec tout le monde et notre service se veut seulement un outil complémentaire à ce qui existe déjà. Nos services seront toujours gratuits et nous ne serions pas là, si le tout ne répondait pas à un réel besoin » raconte monsieur Côté.

La cible d’information

Il s’agit d’un service qui propose, entre autres, l’accompagnement de la clientèle à leur traitement, mais également leurs bénévoles peuvent les aider à trouver un hébergement ou encore faire des visites d’amitié entre les traitements. « Alors que nous sommes en début de projet ailleurs au Québec, la fait d’avoir commencé en avril 2019 chez-vous en projet pilote, facilite beaucoup le travail en Abitibi-Témiscaminque. Les contacts avec les professionnels de la santé sont déjà faits et les AQDR nous donnes un bon coup de main. On vise seulement d’informer la population que le service est toujours là » estime le chargé de projet de la CoopéRégions.

La réception est parfois plus difficile

À noter que Les Accordailles ont une longue expertise en accompagnent médiaux. « Depuis les tout début, y’a maintenant 40 ans, nous accompagnons les ainés du plateau Mont-Royal à Montréal. Les accompagnements ont explosé au cours des dernières années, en grande partie à cause des changements dans le domaine de la santé. Nous avons donc atteint un sommet de 1254 demandes en 2019-2020 » explique Éric Côté. « En Abitibi-Témiscamingue les gens étaient contents qu’un organisme de Montréal veut les aider. Donc l’accueil a toujours été très bien. Par contre, ailleurs au Québec, la réception est parfois plus difficile, certain nous voit comme une menace, alors que nous voulons vraiment collaborer avec tout le monde. Justement, nous n’avons pas les moyens d’aller chercher les gens dans leurs villes. Donc, on peut collaborer très bien et les centre d’action bénévoles, dont les bénévoles viennent porter les gens à Montréal, mais ne peuvent pas rester si les personnes restent plus qu’une journée » a-t-il ajouté.

L’enjeu de la COVID-19

Le contexte de la COVID-19 poussent la CoopéRégions d’adapter son approche aux ordonnances des différents paliers gouvernementaux mais le service est toujours à la hauteur des attentes. « Règle générale, cela n’affecte pas notre service. Nos bénévoles répondent aux normes de la CNSST (masque de procédure, Visière, désinfectant toujours disponibles) et le tout se passe en toute sécurité. Il pourrait être possible que certains hôpitaux ne permettre pas à l’accompagnateur d’entrer avec l’usager. Cependant, lorsque nous expliquons que la personne n’est pas de Montréal et qu’elle a besoin d’aide, on nous laisse passer habituellement » a conclu le chargé de projet au service CoopéRégions dans une déclaration au Reflet Témiscmaien.

Moulay Hicham Mouatadid, Initiative de journalisme local, Reflet Témiscamien (Le)