Coronavirus : le test négatif exigé aux frontières terrestres dès le 15 février

·3 min read

La mesure imposée aux frontières aériennes depuis le 7 janvier s’applique désormais aux voyageurs qui arrivent par voie terrestre et les contrevenants à cette règle pourraient se voir infliger une amende pouvant atteindre 3000 $, a annoncé le premier ministre Justin Trudeau.

En vertu du Droit constitutionnel qui permet à tous les Canadiens et résidents permanents de retourner au pays, les voyageurs qui manqueront à l’obligation ne seront pas refoulés à leur destination d’origine.

«On peut, par contre, appliquer des pénalités s’ils n’ont pas leur test. On peut exiger un suivi attentif de Santé Canada avec d’autres dépistages. Mais on sait que la grande majorité des gens vont faire ce qui est nécessaire et se procurer un test pour le montrer à la frontière et pouvoir rentrer chez eux pour faire leur quarantaine de deux semaines», a souligné Justin Trudeau en conférence de presse.

L’exigence du résultat d’un test négatif de COVID-19 remontant au plus à 72 heures s’ajoute à la quarantaine obligatoire de 14 jours imposée aux personnes de retour d’un voyage non essentiel.

Le premier ministre a indiqué qu’en attendant d’autres mesures dans les prochains jours, l’annonce ainsi faite est «un avertissement qu’à partir de lundi prochain, si vous rentrez au Canada par frontière terrestre, alors vous allez devoir démontrer un test négatif datant de 72 heures.»

Un second test de dépistage

Ottawa a récemment imposé un test supplémentaire et la quarantaine obligatoire aux personnes de retour d’un voyage non essentiel. En attendant les résultats de ce nouveau test effectué à l’arrivée, elles devront se mettre en isolement dans un hôtel choisi par les autorités. Le coût de cet hébergement s’élève à 2000 $. La liste des établissements hôteliers sélectionnés dans le cadre de la mise en œuvre de ces mesures n’a pas encore été dévoilée.

L’agence de santé publique a publié quelques critères essentiels de sélection, donnant comme date limite pour la soumission des demandes ce 10 février. Pour être admissible à l’isolement des voyageurs, l’établissement doit être situé à moins de 10 km d’un des quatre aéroports internationaux autorisés à recevoir les vols internationaux. Ils sont à Montréal, Toronto, Calgary et Vancouver. Ces hôtels devront aussi prendre en charge quelques commodités de déplacement et d’hébergement comme le transport de l’aéroport à l’hôtel, les espaces de stationnement pour les voyageurs arrivant à bord d’un véhicule privé, les repas conformes au Guide alimentaire canadien, la télévision, la radio ou encore l’accès gratuit à un réseau Wi-fi.

Les voyageurs qui recevront un test négatif pourront poursuivre la quarantaine en privé sous la surveillance des autorités. Si le test est positif, le patient sera redirigé vers un centre d’isolement où il sera pris en charge par le gouvernement. Justin Trudeau ne s’est pas prononcé sur la date d’entrée en vigueur de cette quarantaine.

Godlove Kamwa, Initiative de journalisme local, Le Canada Français