Covid-19 : le Canada examine encore le vaccin d’AstraZeneca approuvé au Royaume-Uni

·2 min read

Malgré l’autorisation de la Medicines and Healthcare products Regulatory Agency (MHRA) du Royaume-Uni, Santé Canada affirme qu’elle ne peut fournir d’échéancier précis quant à la fin du processus d’examen du vaccin d’AstraZeneca.

Le fabricant doit encore fournir des renseignements et des données aux fins d’examen selon un communiqué du ministère qui a souligné qu’il travaillait en étroite collaboration avec les organismes de réglementation internationaux, dont la MHRA du Royaume-Uni, pour échanger des renseignements et des données sur les vaccins actuellement à l’étude.

Le vaccin d’AstraZeneca développé par l’université d’Oxford et la multinationale AstraZeneca basée en Angleterre serait plus accessible et plus facile à conserver. Contrairement aux vaccins de Pfizer-BioNtech et de Moderna qui exigent respectivement des températures de -70 degrés et -20 degrés, il peut être conservé dans des congélateurs ordinaires. Cet aspect allège les conditions logistiques de son approvisionnement.

La confiance du public

Le vaccin d’AsraZeneca a été soumis au Canada le 1er octobre 2020. Santé Canada dit avoir mis en place un processus continu qui permet de réduire les délais d’examen des vaccins contre la COVID-19 sans compromettre l’innocuité, l’efficacité et la qualité des produits.

Les vaccins de Pfizer-BioNtech et de Moderna ont été approuvés respectivement les 9 et 23 décembre derniers au Canada.

L’autorisation du vaccin d’AstraZeneca par le Royaume-Uni renforce la crédibilité du fabricant au sein de l’opinion. Des doutes avaient été émis sur l’efficacité de ce vaccin en novembre en raison des écarts dans les résultats. L’université d’Oxford et la compagnie AstraZeneca avaient alors reconnu une erreur de dosage dans la réalisation de leur essai clinique de phase III.

Ce vaccin a fait l’objet d’une étude supplémentaire alors que son taux d’efficacité était estimé à 70 %. Maintenant qu’il a été autorisé, le fabricant va pouvoir mettre sur le marché en début d’année les quelque 3 milliards de doses initialement annoncés. Le Royame-Uni en a commandé 100 millions.

Godlove Kamwa, Initiative de journalisme local, Le Canada Français