COVID : Ahuntsic-Cartierville se maintient sur un plateau

Simon Van vliet, Initiative de journalisme local
·4 min read

Ahuntsic-Cartierville - Pour la troisième semaine consécutive, la progression des cas de COVID-19 dans l’arrondissement se maintient autour de 100 nouveaux cas.

Selon le plus récent état de situation hebdomadaire publié par la Direction régionale de la santé publique (DRSP) de Montréal, 97 cas ont été enregistrés dans Ahuntsic-Cartierville pour la période du 20 au 26 octobre, ce qui porte le total des cas depuis le début de la pandémie à 3200. Trois nouveaux décès se sont par ailleurs ajoutés au bilan.

Les indicateurs stables

Selon des données détaillées fournies par la DRSP à la demande du Journaldesvoisins.com, le taux de positivité des tests a légèrement diminué par rapport à la semaine précédente pour s’établir à 3,8 %, alors que le nombre de tests réalisés a augmenté. Le taux d’incidence hebdomadaire a lui aussi reculé sensiblement pour s’établir à 72,26 cas par 100 000 habitants, comparativement à 94,60 cas/100 000 au début octobre.

Avec 134,16 cas par 100 000 habitants, Saint-Sulpice-Ouest (Saint-Simon) demeure une zone chaude. Il s’agit du seul quartier d’Ahuntsic-Cartierville à figurer cette semaine sur la liste des 30 secteurs de voisinage avec les taux d’incidence les plus élevés. Le taux d’incidence moyen à Montréal se situe à 80,46.

Le nombre d’hospitalisations demeure par ailleurs relativement stable, avec une douzaine de personnes hospitalisées dans la dernière semaine. Entre le 18 et le 23 octobre, huit personnes ont été hospitalisées et trois ont été admises aux soins intensifs, selon les données que la DRSP a fournies au JDV.

Des efforts supplémentaires nécessaires

Montréal demeure en état d’alerte maximum, à l’instar d’une grande partie du Québec qui semble avoir réussi à contenir la transmission sans pour autant freiner la propagation du virus.

La veille, il avait annoncé que les mesures de reconfinement partiel mises en place au début octobre seraient reconduites pour 28 jours supplémentaires.

Même si une certaine fatigue s’installe et que quelques récalcitrants se font entendre, l’adhésion aux consignes de la Santé publique semble être au rendez-vous. Selon des données dévoilées récemment par l’Institut national de santé publique du Québec, environ 75 % de la population québécoise respecte les principales mesures sanitaires comme le port du masque, le lavage des mains et le respect de la distanciation physique.

Des enjeux en milieu scolaire

Malgré les mesures sanitaires, le milieu scolaire du territoire est particulièrement touché par la pandémie.

Au 27 octobre, on dénombrait 13 élèves testés positifs et trois membres du personnel atteints dans les écoles du Centre de services scolaire de Montréal (CSSDM) à Ahuntsic-Cartierville. Au total, une dizaine de classes dans huit écoles différentes étaient en isolement cette semaine, confirme le CSSDM au JDV.

Dans l’espoir de freiner davantage la transmission, les élèves de troisième secondaire passeront, à compter de lundi, à une fréquentation scolaire virtuelle d’une journée sur deux, comme le font déjà les élèves de quatrième et cinquième secondaires. Les autorités de santé publique ont pris cette décision parce que les élèves de 15 ans et plus sont davantage vecteurs du coronavirus que les plus jeunes.

Le CSSDM assure qu’il sera en mesure d’épauler les élèves qui n’ont pas accès à des équipements informatiques pour suivre leurs cours à distance.

Le son de cloche est toutefois un peu différent sur le terrain.

Même pour les élèves de première et deuxième secondaires qui continueront à fréquenter l’école en personne à temps plein, certains enjeux se posent à l’approche du temps froid.

Il précise qu’en raison des règles sanitaires, la cafétéria de son école ne peut pas accueillir tous les jeunes en même temps et qu’il doit utiliser le gymnase comme salle à manger le midi, ce qui le rend inutilisable même pour des activités sportives en bulle-classe. Ce que les adolescents peuvent faire durant la pause du midi est donc très limité, d’autant plus que les rassemblements sont interdits ainsi que sont également proscrits les activités parascolaires qui impliquent des contacts entre les élèves de bulles-classes différentes.

Cette question a été mise récemment à l’ordre du jour de la table de concertation jeunesse, rapporte le directeur Labrosse.

Le Centre intégré universitaire de Santé et de Services sociaux (CIUSSS) du Nord-de-l’Île n’avait pas retourné nos demandes d’information sur la situation de la COVID-19 dans l’arrondissement au moment de publier.

[Rectificatif : une première version de ce texte indiquait que le CSSDM dispose de 13 246 ordinateurs qui peuvent être prêtés aux familles. Ce nombre représente en fait les besoins exprimés par les parents et non le nombre total d’ordinateurs disponibles qui s’élève à 35 000 postes. Nos excuses pour cette erreur.]

Simon Van vliet, Initiative de journalisme local, Journal des voisins