CPE ou maternelle 4 ans ? Voici une analyse comparative

·6 min read
<span class="caption">Les CPE et les maternelles 4 ans comportent des différences, mais aussi plusieurs similitudes. Le choix du service à privilégier revient donc aux préférences des parents.</span> <span class="attribution"><span class="source">(Photo by La-Rel Easter on Unsplash)</span>, <a class="link rapid-noclick-resp" href="http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/" rel="nofollow noopener" target="_blank" data-ylk="slk:CC BY-SA">CC BY-SA</a></span>
Les CPE et les maternelles 4 ans comportent des différences, mais aussi plusieurs similitudes. Le choix du service à privilégier revient donc aux préférences des parents. (Photo by La-Rel Easter on Unsplash), CC BY-SA

Au Québec, lorsqu’un enfant fréquente un centre de la petite enfance (CPE) et qu’il fête ses quatre ans, certains parents s’interrogent s’il est préférable de le laisser en CPE ou de l’envoyer à la prématernelle. Les deux choix leur sont désormais disponibles.

Pour faire un choix éclairé, les parents doivent consulter d’innombrables sites Internet dont les propos sont parfois tendancieux. Par exemple, un article publié sur ce sujet sur le site de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) défend les intérêts des éducatrices en CPE. Celui, plus modéré, diffusé sur le site de la la Centrale des syndicats du Québec, représente plutôt les intérêts des enseignantes et enseignants.

Nous proposons donc, dans cet article, une revue objective de ces deux types de services éducatifs pour les enfants de quatre ans tirée de nos expériences en tant qu’éducatrices, enseignantes et chercheures en petite enfance. Le réseau des services éducatifs à l’enfance au Québec est composé de divers milieux (garderies privées, milieux familiaux, etc.), mais cet article mettra l’accent sur les CPE, qui proposent le niveau de qualité le plus élevé, tout en étant au cœur du débat « pour ou contre la maternelle 4 ans ».

C’est dans le cadre de la politique familiale de 1997 que les maternelles 4 ans et les CPE prennent de l’ampleur au Québec. Offertes à temps plein depuis 2013, les maternelles 4 ans visent à compléter l’offre de services éducatifs à l’enfance en permettant aux enfants en difficulté d’adaptation et d’apprentissage d’entrer rapidement dans le réseau scolaire.

De leur côté, les CPE visent à offrir à tous les enfants une chance égale de réussite par la fréquentation d’un service éducatif à l’enfance. Sous la responsabilité du ministère de la Famille, les CPE sont des organismes sans but lucratif administrés majoritairement par des parents utilisateurs, alors que les maternelles sont régies par les centres de services scolaires sous la responsabilité du ministère de l’Éducation.

Différences dans l’organisation des services

En maternelles 4 ans, les enseignantes possèdent un baccalauréat en éducation préscolaire et enseignement primaire, qui ne comporte toutefois que deux à trois cours sur l’éducation préscolaire.

De leur côté, les éducatrices de CPE détiennent une technique ou une attestation d’études collégiales comportant jusqu’à 1 600 heures de formation portant spécifiquement sur les enfants de 0 à 5 ans. La taille des groupes diffère également : un adulte pour 10 enfants en CPE contre un pour 17 en maternelles 4 ans, parfois abaissé à un pour 9 avec une personne-ressource en classe. Il faut mentionner que la pénurie de main-d’œuvre accentue le nombre de personnes non qualifiées dans les deux milieux.

En ce qui concerne les institutions, plusieurs services spécialisés (orthophonie, psychologie, etc.) sont offerts dans l’enceinte des écoles et en collaboration avec des services communautaires en CPE. L’accès varie toutefois d’un établissement à l’autre.

Une enfant en train de faire des arts plastiques
L’âge de la clientèle se reflète dans l’adaptation des services : le mobilier et les modules de jeux sont généralement plus adaptés aux enfants de 4 ans en CPE que dans les écoles, qui accueillent une population de 4 à 12 ans.. (Unsplash), CC BY-SA

L’âge de la clientèle se reflète dans l’adaptation des services : le mobilier et les modules de jeux sont généralement plus adaptés aux enfants de 4 ans en CPE, qui desservent une clientèle entre 0 et 5 ans, que dans les écoles, qui accueillent une population de 4 à 12 ans. Finalement, les parents noteront une variation dans le prix des services. La fréquentation d’un CPE s’élève à 8,50$ par jour actuellement, et ce, à longueur d’année. Pour les maternelles 4 ans, bien que la fréquentation soit gratuite, les parents doivent néanmoins débourser certains frais accompagnant le service : matériel périssable, service de garde, collations et dîner, etc. La maternelle 4 ans n’étant par ailleurs pas ouverte l’été, les parents doivent prévoir une alternative pour la période estivale.

Programmes éducatifs : qui se ressemble s’assemble !

Le programme éducatif des CPE et celui des maternelles 4 ans visent tous deux à favoriser le développement global de l’enfant et à prévenir les difficultés scolaires et sociales. En s’appuyant sur ces programmes, l’éducatrice ou l’enseignante prépare des activités pour développer les sphères langagière, cognitive, motrice, sociale et affective de l’enfant.

En ce sens, l’organisation des activités éducatives en CPE et en maternelles 4 ans est généralement semblable.

<span class="caption">Interrelations des programmes éducatifs préscolaires selon le Programme-cycle de l’éducation préscolaire (Ministère de l’Éducation, 2021).</span>
Interrelations des programmes éducatifs préscolaires selon le Programme-cycle de l’éducation préscolaire (Ministère de l’Éducation, 2021).

La fréquentation, ça donne quoi ?

Les résultats d’études menées à l’international sur la fréquentation des maternelles 4 ans ont révélé des effets généralement positifs, tels qu’une meilleure réussite scolaire sur un plus long terme et une baisse des situations de chômage, de délinquance et de criminalité.

En Ontario les études soulèvent une tendance positive au niveau des résultats scolaires, sans toutefois révéler d’effet protecteur sur le développement des enfants. Au Québec, jusqu’à maintenant, peu d’effets positifs sur le développement ou la prévention des difficultés d’apprentissage émanent des résultats de recherche, excepté une réduction de la vulnérabilité chez les enfants immigrants de première génération.

Quant aux CPE, de nombreuses recherches ont porté sur leur niveau de qualité, notamment l’enquête Grandir en qualité de 2003 et 2014. Ces deux portraits des services éducatifs à l’enfance ont révélé des niveaux de qualité moyen-élevés en CPE. Au-delà de ces résultats, d’autres recherches indiquent que la fréquentation d’un CPE serait associée à une diminution importante de la vulnérabilité des enfants (de 2 à 3 fois moindre), c’est-à-dire de la chance de connaître des retards dans au moins une sphère de développement, comparativement aux enfants qui n’ont pas fréquenté ces milieux.

Trois questions à se poser

Les CPE et les maternelles 4 ans comportent des différences, mais aussi plusieurs similitudes. Le choix du service à privilégier revient donc aux préférences des parents. Le comparatif qui suit pourra s’avérer utile dans l’évaluation des besoins et la prise de décision.

Afin de soutenir cette prise de décision, nous invitons les parents à se poser les questions suivantes :

  1. Mon enfant est-il bien ? Si votre enfant est heureux et évolue bien dans son milieu actuel, il n’est peut-être pas judicieux de lui faire vivre le stress d’un changement de service éducatif.

  2. Mon enfant se sent-il stimulé ? Si votre enfant s’ennuie, ce peut être un signe qu’il est prêt à découvrir autre chose !

  3. Êtes-vous prêt à vivre vous-mêmes la transition ? La transition scolaire n’est pas source d’anxiété que pour l’enfant. Les changements peuvent amener une grande charge cognitive et émotionnelle chez le parent également.

La version originale de cet article a été publiée sur La Conversation, un site d'actualités à but non lucratif dédié au partage d'idées entre experts universitaires et grand public.

Lire la suite:

Julie Pinel est membre de la Centrale des syndicats du Québec qui représente des enseignantes ainsi que des éducatrices en CPE et en milieu familiale. J&#39;ai déjà été, par le passé, responsable d&#39;un service éducatif à la petite enfance en milieu familial.

Nathalie Bigras a reçu des financements du Conseil de la recherche en sciences humaines du Canada (CRSH) et du Fond québécois de recherche société et culture (FQRSC). Elle a réalisé des mandats de recherche et de soutien auprès du regroupement des CPE de la Montérégie (RCPEM), de l&#39;AQCPE, d&#39;Avenir d&#39;enfants et du ministère de la Famille du gouvernement du Québec. Elle a aussi été éducatrice et directrice d&#39;un CPE dans les année &#39;80.

Our goal is to create a safe and engaging place for users to connect over interests and passions. In order to improve our community experience, we are temporarily suspending article commenting