Création d’un dépanneur communautaire à Saint-François-de-Sales

Louis Potvin, Initiative de journalisme local
·2 min read

Saint-François-de-Sales se dote d’un dépanneur communautaire afin de répondre aux besoins de sa population.

« Nous avons essayé différentes formules qui n’ont pas fonctionné. Comme nous avons déménagé nos bureaux municipaux dans l’édifice de Desjardins, nous avions de la place pour ouvrir un dépanneur. C’est d’autant plus important dans le contexte actuel de la pandémie », a évoqué la mairesse, Cindy Plourde.

Depuis que l’épicerie de la localité a fermé ses portes, un dépanneur avait été aménagé dans le restaurant de localité puis dans une station d’essence, mais sans succès.

D’ici quelques jours, le dépanneur sera ouvert et les gens pourront s’y procurer des produits de bases comme du lait, du beurre, du pain et autres. On n’y vendra pas d’alcool ni tabac.

« C’est un service essentiel pour éviter que les gens aient à se rendre à Chambord ou Lac-Bouchette pour des choses de la vie courante. On va s’adapter à la demande pour offrir les produits que la population a besoin. On veut aussi s’assurer que les prix soient très raisonnables. »

C’est la Corporation des loisirs qui a pris sous son aile ce projet. Il a nécessité un investissement de 35 000 $ afin d’aménager le local et refaire l’électricité et la climatisation. Le fonds d’urgence COVID de la MRC a servi à payer une partie des investissements.

La municipalité va débourser les frais annuels de 5 000 $ et espère que le dépanneur s’autofinancera, sinon elle en assumera les pertes.

Salle de psychomotricité

Par ailleurs, la municipalité s’est associé à l’école Boisjoli pour aménager une salle de psychomotricité. Il s’agit de modules de mousse qui permettront aux élèves et enfants de la localité d’améliorer leur motricité tout en s’amusant.

Un local de l’école sera aménagé pour y réaliser des activités de grande motricité, des jeux symboliques, des jeux de destruction et de construction.

Ces jeux permettent le développement de stratégies en résolution de conflits, un meilleur contrôle de l'impulsivité, une diminution des conflits, l'augmentation de la capacité d'écoute et d'empathie.

« Nous trouvions important que nos jeunes puissent avoir accès à ce genre de salle, sachant le succès obtenu à l’école de Chambord. La salle va être accessible pour les élèves de l’école mais aussi pour les jeunes qui fréquentent la garderie. »

Les responsables vont suivre une formation adaptée pour que les jeunes puissent réaliser des jeux formateurs.

Une somme de 10 000 $ a été nécessaire pour acheter le matériel. En raison de la pandémie, sa mise en place est retardée au début de l’année 2021.

Louis Potvin, Initiative de journalisme local, Le Lac St-Jean