Cuisiner sans recettes : La solution se trouve dans notre alimentation

·3 min read

Cuisiner sans recettes : Guide de résilience alimentaire est un livre de Véronique Bouchard, cofondatrice de la Ferme aux petits oignons, à Mont-Tremblant.

« En étant fermière de famille depuis quelques années, j’ai constaté, en rencontrant chaque semaine les abonnés de mes paniers bio, que les gens ont besoin de recettes et ne savent pas comment cuisiner les légumes. » L’auteure propose donc des lignes directrices à suivre pour des repas, mais qui permettent une certaine liberté, contrairement aux recettes bien précises qui ne prennent pas toujours en compte les légumes de saisons, par exemple. Le livre se sépare donc en 3 sections : la philosophie et la sensibilisation face à la résilience alimentaire, la boîte à outils comprenant une partie théorique et finalement, la pratique, soit des solutions et des lignes directrices pour des recettes.

« Le but du livre est d’abord de conscientiser les gens sur les impacts de nos gestes, pour les amener à passer à l’action, tout en leur donnant des outils », nous explique Véronique Bouchard. L’auteure aborde donc tous les problèmes entourant notre rapport à l’alimentation de nos jours, notamment les perturbations causées par les différentes cultures sur nos écosystèmes. Elle met aussi en lumière la résilience d’un système, c’est-à-dire la capacité à faire face aux changements climatiques. « Un système qui est composé de monoculture, concentré dans les mains de quelques joueurs et dépendant de l’importation, n’est pas résilient. On l’a vu durant la pandémie. Alors que certaines ressources manquaient dans les épiceries, le réseau des fermiers de famille a, pour sa part, connu une augmentation record d’abonnements », soutient-elle.

[caption id="attachment_51226" align="alignright" width="301"] Véronique Bouchard est propriétaire de la Ferme aux petits oignons, à Mont-Tremblant.[/caption]

Dans la deuxième partie du livre, l’auteure dresse une liste de tous les aliments qui poussent ou qui pourraient pousser au Québec, en proposant pour chaque catégorie un producteur québécois. Par exemple, dans la section sur les produits de la pêche commerciale locale et responsable, elle y présente tous les aliments qui se retrouvent dans nos eaux douces ou salées et nous fait découvrir Antoine Nicolas de l’Océan des saveurs, une entreprise gaspésienne qui cultive les algues de la mer de manière responsable et biologique. « Je voulais toujours rapporter le produit à une personne, à tout le travail qui est fait derrière. Quand on reconnaît la valeur des aliments, en prenant en considération tout le savoir-faire derrière, il est bien plus difficile de le gaspiller », explique Véronique. Elle propose également des techniques de conservation (mise en conserve, congélation, déshydratation) qui permettent notamment de réduire le gaspillage, mais aussi d’économiser.

« En tant que citoyen-consommateur, nous avons individuellement et collectivement le pouvoir de transformer la géographie de notre agriculture au Québec ». Véronique, éternelle optimiste, propose donc une approche proactive pour faire face à la crise climatique.

Selon elle, il y a une façon de répondre à la crise écologique de façon très positive, dans le plaisir et en mettant au cœur de nos actions la valeur humaine, la solidarité.

« Il faut ramener les relations humaines au cœur de notre économie et de notre alimentation. Produire, consommer, cuisiner et manger autrement sont à la base des solutions aux changements climatiques. »

Le livre est disponible en librairie, chez vos fermiers de famille ou en ligne.

Marie-Catherine Goudreau, Initiative de journalisme local, Journal Accès