Démission de la gouverneure : une occasion de renouveler la direction de Rideau Hall selon Trudeau

·2 min read

L’annonce de la démission de Julie Payette représente une occasion de renouveler l’équipe dirigeante du bureau du gouverneur général « dans le but de répondre aux préoccupations concernant le milieu de travail que des employés ont soulevées », a déclaré le premier ministre.

Prenant acte du départ de celle qu’il avait nommée en octobre 2017, le premier ministre, Justin Trudeau, s’est contenté d’indiquer que Mme Payette avait « rempli ses obligations de préserver la démocratie parlementaire et de servir les Canadiens. »

« Tous les employés du gouvernement du Canada ont le droit de travailler dans un milieu sain et sécuritaire, et nous prendrons toujours cette question très au sérieux », a-t-il cependant reconnu, en référence au rapport confirmant les allégations de harcèlement en milieu de travail dont la représentante de la Reine Élisabeth II fait l’objet.

Justin Trudeau a ajouté que le juge en chef de la Cour suprême du Canada, Richard Wagner, assurerait l’intérim.

« Une recommandation concernant un remplaçant sera présentée à Sa Majesté la reine Élisabeth II et annoncée en temps voulu », a-t-il conclu.

Une démission qui arrive « à point nommé »

« Bien qu’aucune plainte officielle… n’ait été formulée au cours de ce mandat, ce qui aurait immédiatement déclenché une enquête détaillée comme le prescrivent la loi et les conventions collectives en vigueur, je prends toujours ces allégations très au sérieux », a assuré Julie Payette dans un communiqué, rappelant qu’elle a encouragé « à maintes reprises » les employés à participer à l’enquête sur le climat de travail à Rideau hall.

La firme commise en septembre dernier pour faire la lumière sur des allégations de harcèlement à Rideau Hall a remis un rapport accablant au président du conseil privé de la Reine pour le Canada, Dominic Leblanc. Les allégations visaient principalement l’ancienne astronaute et sa secrétaire Assunta Di Lorenzo, démissionnaire. Dans un reportage diffusé sur le réseau de CBC, des agents et ex-employés de Rideau Hall avaient accusé ces deux personnalités d’avoir intimidé et humilié des membres du personnel.

« Pour le bien de notre pays, pour l’intégrité de ma fonction vice-royale et de nos institutions démocratiques, je suis arrivée à la conclusion qu’un nouveau gouverneur général devrait être nommé, car, dit-elle, “les Canadiens méritent la stabilité en ces temps incertains”, a indiqué Mme Payette.

Sur les raisons de sa démission, elle s’est contentée de constater que “des tensions sont apparues à Rideau Hall au cours des derniers mois”, s’est dite “désolée”, et a ensuite souligné une démission qui arrive “à point nommé” pour des raisons personnelles.

“La santé de mon père s’est sérieusement détériorée ces dernières semaines et ma famille a besoin de mon aide”, a-t-elle précisé.

Godlove Kamwa, Initiative de journalisme local, Le Canada Français