Développement économique 02: un comité tactique appelé à rester

·5 min read

La gestion de l’aide d’urgence aux entreprises a amené la création d’un comité tactique au Saguenay-Lac-Saint-Jean au début de la crise, une initiative qui pourrait être appelée à rester pour soutenir le développement économique régional.

Le comité a été mis en place par l’organisme de concertation économique Développement économique 02, lorsque les municipalités régionales de comté (MRC) ont reçu la responsabilité à travers la province d’administrer l’aide d’urgence aux entreprises annoncée par Québec en avril.

À l’image des mesures sanitaires, les fonds, programmes et critères d’admissibilité changeaient constamment, autant du côté de Québec que d’Ottawa, et les intervenants régionaux avaient eux-mêmes de la difficulté à s’y retrouver, afin de pouvoir accompagner les entreprises.

« Il est arrivé une multitude de fonds, chaque semaine, on était tout le monde perdu, alors c’est pour ça qu’on s’est dit : “Est-ce qu’on peut se parler régionalement ? ” », explique Claudia Fortin, administratrice au sein de l’organisme qui relève de la Conférence régionale des préfets du Saguenay-Lac-Saint-Jean. C’est ainsi qu’un « comité tactique élargi » a vu le jour.

Le comité stratégique, nommé Comité d’intervention régionale, a rassemblé plusieurs acteurs économiques régionaux habitués à collaborer, mais qui ne se retrouvaient pas autour d’une même table. Des rencontres en ligne ont été tenues chaque semaine, d’avril à juin.

En plus des responsables du développement économique régional déjà présents au sein de Développement économique 02, des représentants régionaux du ministère de l’Économie, de Services Québec, de Tourisme Saguenay-Lac-Saint-Jean, de la Société de développement économique ilnu de Mashteuiatsh, d’Investissement Québec, de Développement économique Canada pour les régions du Québec, et un représentant des sociétés d’aide au développement des collectivités (SADC) régionales ont notamment pris part aux rencontres.

Harmoniser l’administration La concertation des acteurs a permis entre autres d’harmoniser l’administration de l’aide d’urgence, de gagner en efficacité et de mettre en commun les pratiques.

Les MRC devaient alors elles-mêmes bâtir les formulaires de demandes de prêts et assurer l’analyse des dossiers pour coordonner l’aide d’urgence aux entreprises frappées par les impacts de la pandémie de COVID-19.

« À travers la dernière année, les directeurs de développement économique ont tellement travaillé à développer ces expertises-là et ces harmonisations-là que ça a permis justement à nos entreprises de survivre », estime pour sa part le maire de La Doré, Yanick Baillargeon, qui occupe la présidence de Développement économique 02 depuis décembre.

Développement économique 02 n’était pas en mesure d’indiquer le nombre d’entreprises qui ont reçu un prêt dans la région et l’aide d’urgence totale dont la région a bénéficié jusqu’à maintenant.

« On a eu besoin les uns des autres » Le comité stratégique, qui a pris une pause pendant l’été, a repris ses rencontres hebdomadaires à l’automne, en réduisant cependant le nombre de participants.

Le comité est toujours actif aujourd’hui et pourrait reprendre une formule plus élargie à l’image de celle connue au printemps, à la demande de certains acteurs qui ont apprécié la concertation qui en a découlé, a indiqué Mme Fortin.

« On a eu besoin les uns des autres, c’est surtout ça, souligne-t-elle. La force de la concertation, elle est là. Tout seul, c’était trop une grosse bouchée pour chacun, dans nos territoires, mais le fait qu’on était tout le monde ensemble, et qu’on partageait ça, ça a vraiment aidé. »

Fonds de relance La concertation des acteurs régionaux a aussi mené à un sondage des entreprises régionales, afin d’identifier leurs besoins pendant la crise. Un fonds de relance régional de 750 000 $ a également été lancé en septembre, le Fonds de relance 02. L’initiative financée par Desjardins, Rio Tinto et les cinq MRC de la région proposait une subvention aux entreprises.

Les demandes ont été nombreuses, si bien qu’en décembre, toutes les sommes étaient réservées. Le nombre d’entreprises et les projets soutenus seront connus ultérieurement.

+

LE BRAS FINANCIER DE LA CONFÉRENCE DES PRÉFETS

Peu connu du public, Développement économique 02 agit en fait comme bras financier de la Conférence régionale des préfets du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Développement économique 02 vu le jour en réaction à l’annonce, en 2014, de l’abolition des centres locaux de développement (CLD) par le gouvernement Couillard.

« En 2015, quand le gouvernement a décidé de mettre la hache dans les CLD, on trouvait ça dommage de perdre toute une expertise et une concertation qu’on avait autour du Saguenay-Lac-Saint-Jean », explique Yanick Baillargeon, président de Développement économique 02.

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean comptait alors, depuis le début des années 2000, sur une association régionale rassemblant les CLD régionaux.

Même si le modèle des CLD subsiste toujours aujourd’hui dans la province dans certaines municipalités régionales de comté (MRC), alors que d’autres ont choisi de rapatrier les services à l’interne ou de les transférer à un autre organisme, Développement économique 02 est demeuré en place afin d’assurer cette concertation sur le plan économique régional.

« Dans toutes les régions du Québec, on doit être un des seuls qui a ce genre d’organisme de développement économique en concertation », souligne M. Baillargeon, qui est également préfet de la MRC du Domaine-du-Roy. L’élu, maire de La Doré, compte d’ailleurs solliciter un second mandat à la tête de la petite municipalité lors des élections municipales, cet automne.

Le conseil d’administration de Développement économique 02 est composé de cinq responsables du développement économique des MRC de la région et de cinq élus, qui sont actuellement quatre préfets de MRC ainsi que la mairesse de Saguenay, Josée Néron, la municipalité ayant le statut de ville-MRC.

Développement économique 02 chapeaute différents projets, comités et initiatives, en lien avec les enjeux de transport ferroviaire, les retombées économiques ou encore de l’emploi dans la région.

« On n’est pas connu, mais on est dans l’action », souligne pour sa part Claudia Fortin, administratrice au sein de l’organisation.

L’organisme, en étant lié à la Conférence régionale des préfets, est également distinct de la Table régionale des élus du Saguenay-Lac-Saint-Jean, qui a en quelque sorte repris le relais de la défunte Conférence régionale des élus (CRÉ), les CRÉ ayant été abolies en 2015.

Myriam Gauthier, Initiative de journalisme local, Le Quotidien