Dans l’arène du 21 novembre

·3 min read

Émilie Pelletier

epelletier@ledroit.com

Initiative de journalisme local

Queen’s Park

TORONTO — À Queen’s Park, rares sont les élus et les personnes en position de pouvoir qui osent l’extravagance vestimentaire. Pandémie de COVID-19 oblige, les Ontariens ont ajouté un morceau à leur attirail quotidien : le masque. L’accoutrement sobre étant habituellement la norme chez ces politiciens, le port du couvre-visage semble en avoir inspiré plus d’un à laisser l’inspiration faire son cours. Le Droit a préparé un podium du couvre-visage le plus original.

3. Toby Barrett

C’est sans aucune gêne que le député conservateur Toby Barrett a décidé de porter le bandana violet.

Même si le bandana peut laisser croire que l’adjoint parlementaire au ministre de l’Agriculture tente de s’identifier à un gang de rue, il ne le porte que pour rendre service à ses collègues en les protégeant contre la transmission du coronavirus.

2. Wayne Gates

Ce n’est pas la première fois que le masque du député néo-démocrate Wayne Gates est mentionné dans cette chronique.

Vous souvenez-vous de ce masque, celui que M. Gates portait pour que personne n’oublie sa moustache voluptueuse ?

Récemment, le député a poussé la note encore plus loin. Il affiche maintenant un masque à la moustache… en trois dimensions !

En Chambre, lorsque les propos du gouvernement Ford lui déplaisent, il se tâte la moustache en se rappelant probablement les bons moments où il pouvait le faire librement.

1. Bonnie Lysyk

Elle n’est pas une élue, mais elle méritait tout de même la première place de ce podium.

En conférence de presse mercredi, la vérificatrice générale de l’Ontario Bonnie Lysyk, qui venait de publier un rapport accablant à propos des décisions du gouvernement Ford en environnement, a tenu à montrer son masque à tous les journalistes présents.

« Regardez ! S’est-elle exprimée fièrement. C’est mon Yorkie, Bella ! »

Fordisme de la semaine

« You guys wanna go out there acting like a bunch of yahoos? »

En septembre, un journaliste a demandé à Doug Ford de réagir à propos d’un groupe de gens qui utilisent son nom et son numéro de téléphone pour tenter de contrecarrer la recherche des contacts de personnes ayant reçu un diagnostic positif à la COVID-19. Ce n’était pas la première fois que le premier ministre traitait des gens de « yahoos », un terme qu’il utilise maintenant pour qualifier ceux qui agissent impunément ou qui ignorent les mesures de santé publique pour lutter contre la COVID-19.

« C’est tellement décevant. Ils font du mal aux membres de leur famille, ils font du mal à toutes les personnes formidables qui tentent d’avancer. Vraiment ? Vous voulez vraiment faire cela pendant que tout le monde travaille de peine et de misère ? Avez-vous déjà traversé une unité de soins intensifs et vu quelqu’un lutter pour sa vie sous un ventilateur ? Avez-vous déjà été dans un établissement de soins de longue durée alors que les gens sont en difficulté et que les préposés aux bénéficiaires travaillent si fort… et que vous y allez en agissant comme un groupe de yahoos ? »

Émilie Pelletier, journaliste, Initiative de journalisme local, Le Droit