Dans l'arène du 7 novembre

·2 min read

ÉMILIE PELLETIER

Initiative de journalisme local — Le Droit

Une pointe aux États-Unis

Le ministre des Finances de l’Ontario Rod Phillips a présenté son budget annuel, jeudi. La même journée, les États-Unis, qui ont rarement été aussi «désunis», attendaient toujours de savoir qui, entre Donald Trump et Joe Biden, allait être élu 46e président américain. Le ministre Phillips a conclu son discours officiel en lançant un message rassembleur:

«De toute ma vie, je n’ai jamais entendu autant de gens dire qu’ils sont heureux d’être Canadiens. Nous n’avons pas laissé le virus nous diviser. Nous veillons les uns sur les autres, nous avons le respect de l’autre, même si parfois nous ne sommes pas tous d’accord. C’est là, toute notre force.»

Dans cette déclaration, M. Phillips n’avait pas besoin de terminer chacune de ses phrases par «pas comme nos voisins du Sud» pour que l’on en comprenne le message subliminal.

Les informations dans les deux langues…

en même temps!

Vous avez été surpris de voir autant de contenu sur les plateformes du Droit, cette semaine, à propos du nouveau code de couleurs visant à simplifier l’état de la situation de la COVID-19 dans chaque région?

La raison est simple: le gouvernement Ford a envoyé, pour la première fois depuis le début de la crise sanitaire, les documents du breffage technique aux médias dans les deux langues officielles du Canada… en même temps!

Pour la première fois depuis le mois de mars, Le Droit n’a pas passé plusieurs heures à traduire les informations contenues dans ces documents pour ensuite les transmettre aux lecteurs, en attendant la version française.

Doug Ford, cet excellent patineur

Il faut parfois beaucoup de tonus pour obtenir réponse à ses questions, surtout quand on les pose à des politiciens d’expérience.

Le chroniqueur du Toronto Sun Brian Lilley a partagé ses frustrations avec le premier ministre ontarien Doug Ford, cette semaine, après qu’il n’ait pas offert de réponse assez précise à son goût.

«Vous êtes tellement bon pour patiner autour de mes questions, monsieur le premier ministre, je crois que vous devriez tenter votre chance auprès des Maple Leafs», s’est exclamé le chroniqueur.

Et M. Ford de répondre, du tac au tac: «Je pense que je suis un peu trop en surpoids pour me joindre aux Leafs, mais peut-être que j’essaierai l’année prochaine!»

Fordisme de la semaine :

«Armchair quarterback»

Cette expression, répétée à plusieurs reprises par le premier ministre Doug Ford, est une insulte qui désigne quelqu’un qui ne fait que se plaindre constamment, sans pour autant tenter de changer les choses pour le mieux.

M. Ford a souvent utilisé cette expression, que l’on peut traduire par «quart arrière de fauteuil», pour attaquer la cheffe de l’opposition officielle à Queen’s Park, Andrea Horwath.

Émilie Pelletier, journaliste, Initiative de journalisme local, Le Droit