Dans l'arène: les politiciens, ces poètes

·3 min read

Les politiciens, ces poètes

ÉMILIE PELLETIER

Initiative de journalisme local — Le Droit

Quand les élus doivent débattre d’un projet de loi en Chambre en soirée, l’entrain fait parfois place à l’ennui.

Certains politiciens, par des talents parfois inusités, tentent par les meilleurs moyens à leur disposition de conserver la convivialité au sein de l’Assemblée législative. Mercredi soir, vers 21 h, le député néo-démocrate Percy Hatfield a mené un effort considérable pour entretenir la fougue des politiciens fatigués en animant un débat sur les transports en commun sous la forme d’un poème.

Pendant près d’une heure, les députés qui ont participé au débat, qui portait principalement sur le projet de loi 222 de la ministre des Transports Caroline Mulroney, soit la Loi de 2020 sur la reconstruction et la relance en Ontario, l’ont fait en Alexandrins et en rimes continues, plates, croisées et embrassées.

Mais c’est le député Hatfield qui a davantage impressionné la galerie grâce à ses talents littéraires.

À la suite du débat, il a même remporté le titre non officiel de « bachelier en poésie de l’Assemblée législative », proclamé par le vice-président de la Chambre, Rick Nicholls.

Les pieds des députées

Il semblerait que des internautes s’amusent à télécharger des photos des pieds des élues de l’Assemblée législative de l’Ontario et à leur donner une note sur cinq.

Effectivement, les pieds d’au moins une dizaine de députées de Queen’s Park figurent parmi les palmarès du site Web wikifeet.com, incluant ceux de la ministre des Affaires francophones Caroline Mulroney, de la cheffe du NPD de l’Ontario Andrea Horwath et de la libérale Mitzie Hunter.

Il existe aussi une galerie qui comprend une centaine de photos des pieds de l’ex-première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, où plus d’une cinquantaine de personnes ont donné une moyenne de trois étoiles sur cinq aux pieds de la politicienne.

La vue du trône

La situation géographique du bâtiment fait en sorte que chaque fenêtre de l’Assemblée législative de l’Ontario offre une vue prenante sur les différentes fresques du centre-ville de Toronto et de Queen’s Park.

Mais l’un des tableaux les plus impressionnants qu’il est possible de voir à partir d’une fenêtre de l’établissement n’est visible qu’à partir d’une seule pièce.

Il s’agit véritablement d’une vue qui fait rêver ceux qui s’y rendent pour l’admirer : celle de la salle de bain de l’aile Est du bâtiment.

Fordisme de la semaine

« Je suis en aussi bonne forme qu’un cheval… Euh, dit-il en regardant son ventre, pas en si bonne forme que ça, je ressemble à un cheval, plutôt. »

Doug Ford, qui avait mal au dos à un tel point qu’il ne pouvait tenir debout, a utilisé cette expression colorée pour justifier pourquoi il a dû s’absenter lors de sa conférence de presse quotidienne sur la COVID-19, mardi. « J’ai zappé mon dos », a-t-il d’ailleurs expliqué.

Émilie Pelletier, journaliste, Initiative de journalisme local, Le Droit