Des policiers témoignent dans un livre : «Répondre à un appel 911, c’est la pointe de l’iceberg»

Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local
·2 min read

FAITS DIVERS. Accident tragique, infanticide, noyade, agression sexuelle sont autant d’interventions marquantes qui font vivre aux policiers des émotions intenses qui ne sont pas sans conséquence. Le livre Coeur policier aux Éditions de l’Homme de Marie-Andrée Fallu regroupe les témoignages de 30 membres actifs ou retraités des diverses forces de l’ordre québécoises. Une façon, pour elle, de changer la perception du travail des policiers. «Je suis mariée à un policier et je suis témoin, au quotidien d'événement majeur, touchant, rocambolesque, triste, dramatique qu'il vit à son travail et qui ne représente pas ce qui est véhiculé dans l'actualité. Je suis consciente de l'opinion générale face à cette profession et j'avais envie d'offrir une vitrine, une parole à ces gens qui font ce travail avec coeur, intégrité, respect et loyauté. Évidemment, je suis consciente qu'il y a des gens qui ne font pas le bon métier, qui viennent ternir des réputations, mais j'ai voulu mettre les gens dévoués en valeur», explique Marie-Andrée Fallu. Bien que 100% des récits l’ont marqué, si elle doit se concentrer sur un seul, c'est celui de l'agente double qui a fait une intervention auprès d'un vendeur de drogue. «J'ai été fasciné par cette femme qui s'est mise en danger, qui a pris de gros risques, pour permettre une arrestation et du coup, sortir une petite fille de ce milieu toxique et malsain. C'est la "drive" de cette agente que je salue, c'est vraiment un choix de vie incroyable d'être agente double, ça implique de grandes concessions dans la vie privée», relate celle qui voudrait que les lecteurs de Coeur policier retiennent que derrière l’uniforme il y a un être humain.

«La police, elle ne débarque pas quand ça va bien. Elle débarque quand ça va mal. Ces gens qui font ce travail doivent composer avec des scènes d'horreur, annoncer des décès à des proches... tout ça en se faisant traiter de noms... C'est tough pour eux, vous n'avez pas idée», souligne l’auteure qui avait également un message à adresser à l’ensemble des policiers du Québec.

«Je les appuie, que je suis reconnaissante du travail qu'ils exercent. Et que c'est normal de vivre des situations marquantes. Je crois qu’ils seront rassurés en lisant ce livre. Ils ne sont pas seuls et ils se reconnaitront à travers des passages», conclut-elle.

À propos de Marie-Andrée Fallu

Marie-Andrée Fallu a travaillé à la télé et à la radio pendant plus de 10 ans en tant que recherchiste, chroniqueuse et animatrice avant de devenir attachée de presse. Elle est coauteure de Moi, soldat, également paru aux Éditions de l’Homme.

Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local, L'Hebdo Journal