Des subventions pour des protections féminines lavables à Cowansville et Brigham

·3 min read

Les femmes de Cowansville pourront obtenir une subvention pour leurs produits d’hygiène féminine durables. À partir du 1er janvier, en même temps que Brigham, la Ville deviendra l’une des rares au Québec à offrir ce genre de programme pour aider à payer les frais de protections féminines lavables.

Cette initiative s’inscrit dans le plan d’action de développement durable de Cowansville. Elle a été adoptée par le conseil municipal mardi soir.

Une citoyenne de 12 ans et plus pourra recevoir un maximum de 50 $ par an pour ces achats. Ceux-ci devront être réalisés après le 1er janvier 2021. Elle devra présenter la facture originale de l’achat et une preuve de résidence avec le formulaire.

Un budget de 5000 $ est prévu pour 2021. La Ville évaluera s’il en vaut la peine d’augmenter le budget alloué au programme.

L’organisme cowansvillois Collective par et pour elle sera mandaté par la Ville pour gérer la subvention. Elle recevra un montant de 20 $ par dossier pour couvrir les frais. Cet argent n’est pas calculé dans les 5000 $ dégagés pour ce programme.

Des milliers de serviettes en moins

«Dans une vie, une femme peut utiliser entre 10 000 et 15 000 serviettes hygiéniques, a souligné la mairesse Sylvie Beauregard. On a des subventions pour les couches lavables, maintenant on en a une pour les serviettes hygiéniques lavables.»

Les serviettes hygiéniques jetables peuvent prendre jusqu'à 500 ans pour se décomposer.

La subvention pourra s’appliquer également pour les coupes menstruelles et toute autre protection réutilisable et durable, tels que des serviettes hygiéniques ou des sous-vêtements absorbants lavables.

Cette initiative vient de suggestions reçues par des citoyens et le comité vert. «Pourquoi pas sortir du cadre régulier et de subventionner les articles d’hygiène féminine ? C’est de plus en plus dispendieux, alors s’il y a deux ou trois filles dans une famille, la facture monte vite», souligne Mme Beauregard. «Et on sait que ça a un impact sur l’environnement. Si on peut contribuer de cette façon-là, on le lance. On va voir si les gens y adhèrent.»

Elle rappelle au passage qu’une telle subvention existe déjà pour les couches lavables.

Mme Beauregard ne détenait pas de données sur la quantité de protections jetables qui se retrouvent à l’enfouissement annuellement.

À Brigham aussi

Grâce à la suggestion de la conseillère municipale Stéphanie Martin-Gauthier, le village de Brigham a lui aussi décidé de donner un coup de main aux femmes pour l’achat de tels produits en les incluant à la subvention déjà existante pour les couches lavables pour enfants.

La Municipalité accordera 50 % du coût d’acquisition, avec la facture, pour un maximum de 100 $ par personne, pour des produits d’hygiène féminine durables et des produits réutilisables de protection contre l’incontinence.

Un budget annuel de 1000 $ est alloué à ce programme, somme qui pourra être ajustée au besoin.

«Le budget du programme n’a pas été changé puisque, pour les couches, on n’a jamais eu plus de deux ou trois demandes par année, indique le maire Steven Neil. En donnant 50 %, ça nous permet d’aider plus de monde, mais on n’a aucune idée de ce que ça peut avoir comme popularité.»

Une trentaine de municipalités et arrondissements montréalais offrent un tel programme au Québec. Granby prévoit en adopter un dans les prochains mois.

Cynthia Laflamme, Initiative de journalisme local, La Voix de l'Est