Disparité de traitement dans les régimes de retraite : Force Jeunesse déplore une occasion manquée

·1 min read

ÉCONOMIE. Force Jeunesse s'inquiète des conséquences sur les jeunes travailleurs découlant de l'adoption du projet de loi n°68 visant principalement à permettre l'établissement de régimes de retraite à prestations cibles. En plus de maintenir des régimes complémentaires de retraite à deux vitesses qui désavantagent les jeunes sur le marché du travail, le gouvernement du Québec laisse place à la création de nouvelles clauses de disparités de traitement selon le regroupement de jeunes travailleurs créé en 1998. «Deux ans après l'adoption d'une motion unanime de l'Assemblée nationale du Québec visant à interdire toutes les formes de clauses de disparité de traitement, le gouvernement envoie un message contradictoire en permettant avec ce projet de loi la création de nouvelles clauses de disparité de traitement », déplore Simon Telles, président de Force Jeunesse. «La CAQ a pris l'engagement d'abolir l'ensemble des clauses de disparités de traitement et maintenant qu'elle est au pouvoir, les résultats ne sont pas au rendez-vous. Le projet de loi n°68 était pourtant l'occasion tout indiquée d'abolir définitivement les clauses de disparité de traitement qui affligent encore de nombreux jeunes du marché du travail. Le temps est venu de passer de la parole aux actes», ajoute-t-il. Toujours Force Jeunesse, Retraite Québec dénombre encore 97 régimes sous sa surveillance comportant une clause de disparité de traitement basée sur la date d'embauche dans le régime de retraite. Plus du tiers des participants visés par ce type de régime reçoivent un traitement moins favorable que leurs collègues.

Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local, L'Hebdo Journal