Dopage russe: le TAS amorce une procédure juridique de quatre jours

·2 min read

LAUSANNE, Suisse — Une audience de quatre jours dans une procédure juridique historique qui pourrait priver la Russie de son identité lors des deux prochains Jeux olympiques et de quatre ans de championnats du monde s'est ouverte, lundi.

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a révélé que le différend entre l'Agence mondiale antidopage (AMA) et sa filiale russe, connue sous le nom de RUSADA, avait commencé dans un lieu non divulgué à Lausanne, certaines parties, dont les trois juges, se joignant par liaison vidéo.

Il est peu probable que le panel de juges provenant de l'Australie, de la France et de l'Italie se prononce avant au moins plusieurs semaines. Un autre recours est possible auprès de la Cour suprême suisse.

Au coeur de l'affaire, la base de données du laboratoire antidopage de Moscou qui a longtemps été scellée par les autorités de l'État russe avant d'être remise aux enquêteurs de l'AMA l'année dernière. Les données ont été effacées, modifiées et ajoutées.

L’agence antidopage russe n’a pas accepté d’être déclarée non conforme en décembre dernier, ni accepté une liste de sanctions proposées par le comité exécutif de l’AMA.

Les sanctions demandées par l'AMA incluent l'interdiction du drapeau, de l'hymne national et du nom de l'équipe de la Russie aux Jeux olympiques de Tokyo l'année prochaine, aux Jeux d'hiver de Pékin en 2022 et à d'autres événements majeurs organisés par des sports et des organisations adhérant au code mondial antidopage.

L'AMA a utilisé la base de données et la réserve d'échantillons d'athlètes du laboratoire de Moscou pour demander la fermeture après des années d'allégations, de dénégations et de différends juridiques concernant le dopage orchestré par l'État.

Les responsables russes ont nié les actes répréhensibles et ont blâmé un complot occidental visant à empêcher les athlètes russes de participer à des événements sportifs majeurs.

- Par The Associated Press

La Presse Canadienne