Du cannabis pour votre santé

·3 min read

Les baby-boomers sont de plus en plus nombreux à prendre du cannabis. Et ce n’est pas pour son effet euphorisant, mais plutôt pour ses vertus médicinales.

Véronique Lettre a fondé la clinique de cannabis médical Nature Médic, qui a un point de service à Saint-Sauveur. La moyenne d’âge de ses patients est de 65 ans. « Nous avons plusieurs patients de 75, 80, voire 90 ans. Depuis peu, on a même un patient de 99 ans! »

Même si les choses chan-gent depuis la légalisation il y a deux ans, il y a encore un stigmate fort autour du cannabis. Et ce stigmate ne vient pas des patients eux-mêmes, mais plus souvent de leur entourage. « On a une patiente de 82 ans qui a dit à son infirmière : « Moi, je ne l’ai pas dit à mes enfants! » », illustre Véronique. Elle reconnaît tout de même que, de plus en plus, les gens sont ouverts et en parlent. « Quand ça marche, on voit apparaître la belle-sœur, le voisin, etc. », raconte-elle.

Véronique estime qu’environ 80% de ses patients consultent pour des douleurs chroniques, comme l’arthrite, l’arthrose et la fibromyalgie, ou encore pour l’anxiété et l’insomnie. Cette insomnie est d’ailleurs souvent causée par les douleurs chroniques, ce qui crée un « cercle vicieux ». L’autre 20% des patients ont des problèmes de santé plus complexes, comme la sclérose en plaques, le cancer, la maladie de Crohn et d’autres maladies inflammatoires, l’Alzheimer, etc.

Véronique tient à préciser que le cannabis ne guérit pas ces maux, mais sert plutôt à en soulager les symptômes. Et le résultat n’est pas garanti! « Notre taux de succès est assez élevé, entre 70 et 80%. Avec les opioïdes, c’est plus un 30%. »

L’avantage du cannabis, comparé à d’autres médicaments comme les opioïdes, c’est qu’il a peu ou pas d’effets secondaires. Il crée moins de risques de chute, par exemple.

Si certains ont encore des préjugés, d’autres voient peut-être le cannabis comme trop inoffensif. Ce qui inquiète Véronique, par exemple, ce sont les « enfants experts ».

« Les gens disent : « Moi maman, je connais ça. Je vais aller à la SQDC et t’acheter ça. » » Toutefois, cette consommation improvisée peut mener à des chutes de pression ou exacerber certains problèmes de santé. « Tu ne peux pas t’improviser expert lorsque ça concerne la santé d’une personne âgée. »

Il est donc important de consulter un médecin et de se faire accompagner par des professionnels de la santé. Ceux-ci prendront en compte votre style de vie et votre historique médical pour monter un plan de traitement adapté et trouver le dosage qui vous convient.

Il est aussi important de savoir que les produits disponibles à la SQDC ne sont pas les mêmes que ceux prescrits pour un usage médical. « Le cannabis médical est de qualité pharmaceutique. Ce ne sont pas les mêmes dosages non plus. Les produits sont plus concentrés. »

Le coût est différent aussi. Avec une prescription, certains produits sont déductibles d’impôt, et de plus en plus d’assurances privées remboursent maintenant le cannabis médical. « Certains patients, qui sont sur la CNESST par exemple, ont besoin d’une prescription pour reconnaître les produits comme médicaux », explique Véronique.

Les producteurs de cannabis ont aussi l’obligation d’offrir un programme compassion. Les patients à faible revenu ont ainsi droit à des rabais substantiels.

• Le tétrahydrocannabinol, ou THC, est la molécule qui crée l’effet euphorisant du cannabis. Pas de THC, pas de buzz. Il a des vertus thérapeutiques pour certaines maladies et est utilisé en tandem avec le CBD.

• Le cannabidiol, ou CBD, a de nombreuses vertus thérapeutiques et est un anxiolytique (il soulage l’anxiété). Contrairement au THC, il n’est pas euphorisant, et n’a aucun effet secondaire répertorié.

Simon Cordeau, Initiative de journalisme local, Journal Accès