Erin O’Toole demande l’expulsion du député Derek Sloan

·2 min read

Selon le chef du Parti conservateur, « l’acceptation par Derek Sloan du don d’un suprémaciste blanc bien connu est bien pire qu’une grossière erreur de jugement ou un manque de diligence raisonnable. »

Erin O’Toole a également fait savoir qu’il ne permettrait pas à ce député de la circonscription d’Hastings–Lennox et Addington en Ontario de se présenter comme candidat pour le Parti conservateur aux prochaines élections.

« J’ai entrepris le processus pour expulser M. Sloan du caucus du Parti conservateur du Canada. Je m’attends à ce que ce soit fait le plus rapidement possible », a indiqué le chef du Parti conservateur dans un communiqué.

Selon des informations relayées par le site Press Progress, Derek sloan a reçu pour sa campagne électorale pour la tête du parti, un don de 131 $ de la part de Paul Fromm, présenté comme un « nationaliste blanc. »

« Le racisme est une maladie de l’âme, inconciliable avec nos valeurs profondes. Il n’a pas de place dans notre pays. Il n’a pas de place au Parti conservateur du Canada. Je ne le tolérerai pas », a précisé M. O’Toole. Le leader conservateur avait précédemment publié une déclaration visant à désolidariser son parti des tendances de l’extrême droite.

Des faits qui surviennent une semaine après l’émeute du Capitole aux États-Unis. Des partisans du président Donald Trump ont envahi le Congrès pour tenter de faire invalider l’élection de Joe Biden à la Maison-Blanche.

Sloan se défend

Le député mis en cause a publié plusieurs éléments sur son fil Twitter pour se défendre de ces accusations et tenter une réparation. En résumé, il affirme qu’il n’était pas au courant de ce don noyé selon lui dans des centaines d’autres soutiens pour sa campagne électorale.

« En apprenant ce qui s’est passé, j’ai immédiatement contacté la directrice générale du Parti conservateur, Janet Dorey, et j’ai demandé que ce don soit rendu », peut-on lire sur le fil twitter de M. Sloan où plusieurs publications ont suivi lundi soir.

« Paul Fromm est un nom connu pour certains, mais pas pour tous, et de toute évidence ce nom, qui était mélangé à des milliers d’autres dons, n’a pas attiré l’attention de mon équipe », a-t-il indiqué au sujet des faits qu’il dit avoir appris lundi vers 16 heures.

Le sort de député ontarien au sein de son Parti est entre les mains des membres du caucus conservateur qui vont se prononcer à l’issue d’un vote secret.

Godlove Kamwa, Initiative de journalisme local, Le Canada Français