À Fukushima, un travail de mémoire tout en contrastes