Âgé de 11 ans, Frédérick relève le Défi têtes rasées de Leucan

Steve Martin de l'Initiative de journalisme local
·2 min read

Les membres du 64e groupe Scout Saint-Amable ont de bonnes raisons d’être fiers d’un de leurs Louveteaux. En participant au Défi têtes rasées de Leucan, Frédérick Sabourin a réussi à dépasser son objectif en amassant 1130$ pour la bonne cause.

Il faut dire que Frédérick Sabourin, 11 ans, avait de bonnes raisons d’accepter de se lancer dans l’aventure en compagnie de son professeur et de cinq de ses camarades de classe, garçons et filles.

« Ma grand-mère est décédée du cancer quand j’étais petit, nous raconte le garçon au retour de sa journée d’école. Alors ç’a m’a motivé à poser ce geste-là. »

Au total, les membres de son groupe ont pu amasser environ 20 000$ pour Leucan, ce qui n’est pas un mince exploit.

Le beau geste de Frédérick ne s’arrête pas là. Au-delà de la somme amassée pour soutenir Leucan, le garçon a par ailleurs accepté de donner les longues boucles de cheveux qui étaient sa marque de commerce.

« La première fois que je me suis vu dans le miroir, ça m’a fait drôle, admet celui qui fréquente aujourd’hui l’école Paul VI de Boucherville après avoir passé son enfance à Saint-Amable. Quand je touche ma tête aussi, mais là, je m’habitue! »

Bien entendu, alors que le mercure descend parfois sous la barre du zéro degré à l’approche de l’hiver, un crâne dégarni peut vous rendre un peu plus frileux, comme a pu le constater notre louveteau.

« Quand je sors, je mets une tuque parce que j’ai froid. Et notre enseignant nous a donné la permission de garder notre tuque dans la classe. »

Cet enseignant de 6e année, c’est Simon Lachapelle qui est lui aussi passé sous le rasoir pour le Défi de Leucan.

« Son prof est exceptionnel, croit Isabelle Cloutier, la mère de Frédérick. Il a embarqué les enfants dans le projet et il a tout coordonné. »

Pour ce qui est de l’idée de participer de nouveau au Défi têtes rasées dans les années à venir, Frédérick ne ferme pas la porte. Mais il faudra attendre encore un peu, le temps que ses cheveux repoussent, bien entendu.

Précisons par ailleurs que, même s’il fréquente aujourd’hui une école de Boucherville, Frédérick a gardé son point d’attache à Saint-Amable en demeurant au sein de la troupe scoute dont il partage les aventures depuis quelques années déjà.

« Nous avons habité là pendant 10 ans et Frédérick est bien avec eux, ajoute Isabelle Cloutier. C’était clair que, même si nous déménagions, il voulait continuer de faire partie des scouts de Saint-Amable. C’est différent de ce qui se fait ailleurs. »

Steve Martin de l'Initiative de journalisme local, La Relève