Gaspésie et les Îles : Rassemblements de Noël autorisés, avec un mais

·2 min read

Rapportant en moyenne sept nouveaux cas par jour et étant en zone orange, les Gaspésiens et les Madelinots pourront fêter Noël en groupes de six si la situation reste la même, annonce le premier ministre Legault. La région annonce cinq nouvelles infections jeudi.

Alors qu’il annonçait à la grande majorité des Québécois que les rassemblements des fêtes étaient bel et bien interdits, le premier ministre a noté une exception pour les régions ne se situant pas en zone rouge, soit la Côte-Nord, la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine et le Bas-Saint-Laurent.

«Quand on regarde les règles pour les rassemblements actuellement, les gens en zone jaune ont le droit à 10 personnes, et les zones orange à six. Ça, ce n'est pas changé, mais pour ce qui est des zones rouges, c'est interdit», a noté le premier ministre, tout en ajoutant qu’il «fait confiance au sens des responsabilités des Québécois».

La Gaspésie et les Îles semblent en bonne position pour conserver leur niveau d’alerte orangé, alors que la péninsule rapporte en moyenne «sept ou huit cas par jour» au cours des deux dernières semaines, selon la santé publique.

Les autorités sanitaires invitent tout de même à la prudence, notant que «la recommandation de ne pas voyager entre les régions de couleurs différentes est renforcée», et que «si les gens des zones rouges se déplacent en Gaspésie malgré tout, ils ne peuvent pas se rassembler puisque la zone suit la personne».

Jeudi, cinq nouvelles infections ont été recensées, dont une aux Îles-de-la-Madeleine. Deux cas s’ajoutent dans la Côte-de-Gaspé, un en Haute-Gaspésie et un dans la MRC du Rocher-Percé.

Éclosion à la prison de Percé : Pas aussi inquiétante qu’à New Carlisle

Alors qu’une éclosion de COVID-19 s’est déclenchée mercredi au centre de détention de Percé, la situation semble moins inquiétante que lors de l’éclosion à la prison de New Carlisle, il y a quelques semaines.

L’établissement étant plus récent et mieux entretenu, le syndicat national des agents de la paix en milieu correctionnel et la santé publique reste prudent, mais mentionne que la réalité est bien différente entre les deux milieux. «Ce n’est pas des dortoirs comme à New Carlisle et il y a eu certaines rénovations. C’est sûr qu’on ne sait jamais comment ça évolue, mais pour le moment c’est moins inquiétant», note son président, Mathieu Lavoie.

Pour l’instant, quatre détenus et deux agents correctionnels ont attrapé la maladie. Un agent est en isolement préventif comme il a été en contact étroit avec une personne infectée. Tous les détenus ont été testés jeudi, et les membres du personnel ont aussi été invités à le faire.

Simon Carmichael, Initiative de journalisme local, Le Soleil