Girardville : continuer d'avancer

·2 min read

La municipalité de Girardville se préparait à frapper un grand coup en vue de son 100e anniversaire, en 2021. C’était avant que la COVID ne vienne brouiller les cartes. Qu’à cela ne tienne, la localité poursuit ses efforts pour s’améliorer un petit pas à la fois.

C’est en quelque sorte le mantra du maire Michel Perreault : progresser lentement, mais surement.

« On ne recule pas, on avance! Parfois, on fait un pas, parfois on en fait trois, mais il faut toujours avancer », résume-t-il.

Et des initiatives visant à améliorer la collectivité, il y en a eu plusieurs ces dernières années. Programme de revitalisation des façades commerciales, affichage touristique complètement redessiné, mise aux normes d’infrastructures, forêt nourricière au cœur du village, on voulait que la municipalité se fasse belle pour son centenaire.

« C’est notre centième anniversaire l’an prochain et on voulait se refaire une beauté. On voulait ouvrir un nouveau parc historique et on prévoyait de gros spectacles, mais avec la pandémie, c’est tombé à l’eau. On va devoir célébrer notre centième en 2022, lors de notre 101e anniversaire. »

Tous les efforts ne sont évidemment pas perdus. La localité a investi autour de 3 M$ pour la mise aux normes de ses installations de pompage, la déphosphatation de ses eaux usées et la réfection de la rue Principale, incluant les conduites et canalisations.

Parallèlement, Girardville a modernisé son camping du lac des Coudes en améliorant la cuisine et l’aire de restauration, en refaisant l’alimentation en eau et en ajoutant une dizaine de terrains trois services de plus.

« L’entretien de nos infrastructures est une chose sur laquelle on a beaucoup tablé. On en a fait beaucoup ces dernières années, assez que l’on n’a plus de priorité 1, 2 et 3 à ce sujet. On ne peut pas laisser reculer nos infrastructures, c’est trop important pour notre population. »

Villégiature

Malgré son éloignement, Girardville arrive à maintenir une population d’environ 1 000 habitants. C’est sans compter toute la villégiature, qui s’est beaucoup développée au fil des ans.

« Nous n’avons pas de lac, mais on développe la rivière. Il y avait une cinquantaine de terrains de disponibles face à l’usine et ils sont tous partis. C’est un apport considérable et c’est sans compter les 800 villégiateurs qui ont des camps et des chalets en forêt. »

Sans avoir de chiffres précis, la population de Girardville augmente passablement pendant la belle saison alors que les villégiateurs s’installent à leur chalet, une contribution économique non négligeable pour les commerces locaux.

Serge Tremblay, Initiative de journalisme local, Le Lac St-Jean