Hockey: les élèves de Saint-Pierre-les-Becquets relocalisés à l’aréna de Bécancour

·2 min read

Depuis la fermeture de l’aréna voisin de leur école au début du mois de novembre, les 40 élèves du programme sport-études, volet hockey sur glace, de l’école secondaire les Seigneuries, se retrouvaient sans glace pour s’exercer. La disette a pris fin.

«Tout le monde est content. Nous sommes passés de 6 à 3 présences sur glace par cycle mais, dans les circonstances, c’est une bonne nouvelle, car on peut rejouer au hockey depuis le 24 novembre», exprime l’enseignant David Clément.

Évidemment, la nécessité de prendre l’autobus pour se rendre à l’aréna de Bécancour implique des frais supplémentaires. «C’est une dépense additionnelle assumée par l’école les Seigneuries. En même temps, la Ville de Bécancour nous offre des beaux tarifs avec un coût de 50$ de l’heure», souligne-t-il, tout en précisant que cette solution ne pourrait pas être envisageable à long terme tenant compte des coûts de transport qui feraient augmenter les frais d’inscription au programme.

Rappelons que le passage de la MRC de Bécancour en zone rouge avait contraint les maires de Deschaillons-sur-Saint-Laurent, Fortierville, Manseau, Parisville, Sainte-Cécile-de-Lévrard, Sainte-Françoise, Sainte-Marie-de-Blandford, Sainte-Sophie-de-Lévrard et Saint-Pierre-les-Becquets de fermer l’aréna régional pour l’entièreté de la saison.

«Maintenir l’aréna ouvert, dans les conditions actuelles, c’est un coût exorbitant pour nos municipalités», avait justifié le maire de Saint-Pierre-les-Becquets, Éric Dupont au début du mois de novembre 2020, se disant conscient «des inconvénients liés à cette situation», notamment sur les diverses associations et sur la santé physique des citoyens.

Malgré le contexte de la pandémie, les programmes de sport-études peuvent continuer leurs activités. L’autorisation de la Ville de Bécancour est temporaire. Au retour des activités normales ou en début d’année scolaire 2021, la situation sera réévaluée et réajustée au besoin.

Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local, L'Hebdo Journal