Immobilier : quelles sont les tendances des mauvaises créances?

·1 min read

IMMOBILIER. Tel que rapporté, selon les données colligées par JLR, une société d’Equifax, 899 préavis d’exercice (prise en paiement, vente sous contrôle de justice, vente par le créancier et prise de possession à des fins d’administration) ont été émis au cours du quatrième trimestre de 2020. Ce qui représente une baisse de 46 % par rapport à la même période un an plus tôt. Pour l’ensemble de l’année, les publications d’actes de ce type se sont élevées à 3916, une chute de 42 % comparativement à 2019. Le nombre de préavis diminuait légèrement avant la pandémie une tendance qui se poursuivait depuis 2016 grâce à une économie et un marché immobilier en croissance rapporte JLR. «La baisse s’est grandement accrue à partir de la mi-mars, soit lors de l’arrivée de la pandémie et de la mise en place de mesures d’aide. Peu de temps après la mise sur pause de l’économie, une possibilité pour les ménages ayant perdu tout, ou une partie, de leurs revenus de reporter leurs paiements hypothécaires de six mois a été annoncée. Ceci, combiné à l’octroi de la PCU à plusieurs citoyens dans le besoin, a réduit de manière importante les processus de reprise hypothécaire, ce qui est contraire à ce qui s’observe habituellement lors d’une crise économique», indique-t-on.

Un total de 296 délaissements a été publié au Registre foncier au cours du quatrième trimestre de 2020, une chute de 26 % relativement à la même période en 2019. Un recul qui s’amenuise depuis deux trimestres pour ces immeubles hypothéqués abandonnés volontairement au profit de son créancier ou d’un jugement qui l’ordonne.

Stéphane Lévesque, Initiative de journalisme local, L'Hebdo Journal