Internet haute vitesse: des élus dénoncent une subvention donnée à Xplornet

·3 min read

Les élus de la MRC des Sources et du Granit ont dénoncé lundi la façon dont le ministère attribue les territoires aux compagnies de distribution internet. Ils estiment ne pas avoir été consultés quant à l’octroi d’une subvention au fournisseur internet Xplornet pour brancher plusieurs secteurs.

Xplornet a conclu une entente avec le ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec (MEI) pour desservir quelque 2000 foyers principalement dans la MRC des Sources, mais aussi dans le Granit et le Haut-Saint-François pour améliorer la couverture d’internet haute vitesse.

« Depuis deux ans, on est allé chercher la connaissance de nos besoins et on s’est bâti une tête, explique Hugues Grimard, préfet de la MRC des Sources. On est allé en appel de fournisseurs et Xplornet n’a pas soumissionné. Il n’a pas participé à l’exercice qu’on a fait dans notre milieu. C’est DERYtelecom qui a reçu notre appui pour desservir notre territoire. C’est inacceptable et ça n’a aucun bon sens de sortir un lapin de son chapeau de cette façon-là. Le gouvernement vient de prendre une décision arbitraire. »

Même son de cloche dans la MRC du Granit qui a donné son appui à trois télécommunicateurs pour qu’ils déposent des projets au programme Régions branchées du Québec et au Fonds Large bande du CRTC pour les secteurs non ou mal desservis de son territoire.

« Ce que le gouvernement du Québec s’apprête à faire est un grave manque de respect pour le travail accompli par le milieu qui s’est penché sur la question de façon sérieuse et qui sait ce qu’il convient d’offrir comme service à la population pour respecter les aspects de performance, de coûts et de fiabilité », précise la directrice générale de la MRC du Granit, Sonia Cloutier.

Connexion filaire

La couverture que déploiera Xplornet est de type hybride, ce qui ne fait pas l’affaire des élus.

« On passe de la fibre optique dans les chemins et on connecte les maisons, précise Charles Beaudet, vice-président pour la filière québécoise de Xplornet. Dans le but d’étendre la portée de la fibre, on installe des tours LTE compatibles avec la 5G et un signal sans fil est déployé pour le dernier kilomètre vers les foyers plus éloignés. »

La compagnie assure pouvoir fournir une vitesse de 100mb par seconde avec cette technologie, même avec le signal sans-fil, ce qui est deux fois plus élevé que la norme demandée par le gouvernement.

Cette façon de faire laisse toutefois présager un net désavantage pour la population, croient les élus.

« On veut que ce soit équitable pour tous nos citoyens, qu’ils restent d’un trou ou dans le haut d’une côte, mentionne M. Grimard. Est-ce que le signal sera bon quand il y aura une tempête ? Ce n’est pas ce qu’on reçoit comme information. »

Il n’y a aucun compromis à faire selon les élus, le service doit être 100 % filaire, pour empêcher les variations de vitesse et de connexion.

« On veut que ce soit de la fibre, car c’est ça qui va fonctionner dans notre MRC vu la grandeur et les montagnes, souligne la préfet de la MRC du Granit, Marielle Fecteau. Le gouvernement aurait dû nous consulter, on ne peut pas déplacer des montagnes. Ils devraient donner la chance aux compagnies qui font des demandes pour qu’on puisse un jour d’être en mesure d’avoir internet partout. »

Demande d’aide de la population

Dans ce contexte, les élus demandent la collaboration des citoyens pour procéder à un test de vitesse internet.

Il suffit de se rendre au performance.cira.ca pour effectuer ce test. La plate-forme produira un rapport, selon la géolocalisation ou le code postal, qui sera ensuite remis aux MRC qui s’assureront de faire suivre les résultats au ministre Pierre Fitzgibbon et aux députés provinciaux de leur territoire respectif.

Simon Roberge, Initiative de journalisme local, La Tribune