Investissement majeur au quai de Forestville

·3 min read

Le port de Forestville navigue tranquillement, mais sûrement vers une reconnaissance de ses infrastructures comme un pôle économique important de la région. Il subira d’ailleurs une cure de rajeunissement de 6M$.

La réfection du quai, vieux de plus de 50 ans, comporte la construction d’un mur-rideau attaché à de nouveaux blocs d’ancrage, la réfection du tablier et le recouvrement en gravier d’une portion de ce quai.

Situé à mi-chemin entre Québec et Sept-Îles, ce port permet le transport de marchandises dans la région et offre un service de traversier saisonnier entre la rive sud et la rive nord du fleuve Saint-Laurent.

On parle de quelque 65 000 tonnes de marchandises, principalement du vrac solide, qui transitent chaque année par le port de Forestville, et son service de traversier est utilisé par près de 40 000 passagers et 20 000 véhicules annuellement.

Un projet qui voit le jour grâce à la participation active de la Ville de Forestville qui verse 2M$, soit le double du gouvernement fédéral. Québec devrait contribuer pour le reste du projet qui se chiffre à 6M$.

Octroyé via le programme Investir dans le Canada, les libéraux de Justin Trudeau soulignent que le financement est conditionnel à l’atteinte de ses obligations en matière de consultations des peuples autochtones. Les consultations avec la Première Nation des Innus d’Essipit et de Pessamit ont d’ailleurs été amorcées.

Québec et Ottawa sont d’avis qu’il est essentiel d’investir dans les infrastructures de transport maritime pour assurer des installations portuaires sécuritaires, concurrentielles et efficaces, et pour soutenir la croissance économique tout en favorisant la création d’emplois.

«La réfection des installations portuaires de Forestville permettra de poursuivre la croissance de la Côte-Nord tout comme l’investissement de 185 M$ dans le prolongement de la route 138 que nous avons annoncé en décembre dernier», de dire la ministre du Développement économique rural, Maryam Monsef.

«Grâce à sa localisation, le quai de Forestville permettra le transport des marchandises par voie maritime et ainsi décongestionnera la route 138. Il s’agira aussi, sans aucun doute, d’un pôle d’attraction pour l’implantation de nouvelles entreprises», ajoute Chantal Rouleau, la ministre déléguée aux Transports.

«C’est le fruit d’une mobilisation sans précédent des trois paliers de gouvernement, local, provincial et fédéral, et de la communauté d’affaires (…) ça va permettre de renforcer et de développer encore davantage la position stratégique de Forestville comme centre régional de transport et d’entreprises, générant ainsi d’importantes retombées pour l’ensemble de nos populations non seulement de Forestville, mais sur l’ensemble du territoire de la Haute-Côte-Nord», a mentionné la mairesse de Forestville, Micheline Anctil.

Rappelons que jadis le port de Forestville était le joyau de cette localité avec la compagnie Pulp and Paper Mills, devenue Reed Paper pour ensuite être vendue à la japonaise Daishowa, disparue de la carte forestvilloise, qui embauchait la majeure partie des travailleurs de cette ville mono industrielle.

Les élus comme les citoyens espèrent que cette réfection des installations portuaires de Forestville permettra l’implantation d’une nouvelle entreprise qui saura profiter d’une main-d’œuvre expérimentée.

Stéphane Tremblay, Initiative de journalisme local, Ma Côte-Nord