L’Alberta étend la zone d’un programme pilote de dépistage rapide de la COVID-19

·3 min read

À partir de vendredi, l’Alberta étendra son champ d’action concernant un projet pilote de tests de dépistage rapide, commencé le mois passé. L’objectif : répondre aux besoins des personnes les plus vulnérables dans les zones retirées de la province.

En novembre dernier, l’Alberta prévoyait déjà la distribution de 100 000 trousses de dépistage rapide fournies par l’entreprise pharmaceutique Abbott Rapid Diagnostics. Depuis, l’Agence canadienne de la santé publique vient d’en fournir 800 000 de plus à la province.

Le concept de ce dépistage rapide s’adresse à des personnes présentant des symptômes depuis moins de sept jours. Les résultats sont connus au bout de 20 minutes. Efficace, mais pas fiable dans tous les cas de figure. En effet, leur fiabilité demeure inopérante sur les personnes asymptomatiques. Seul du personnel formé peut-être en mesure de l’administrer.

Le but de ce programme revêt un double but : alléger les demandes pour les tests dits traditionnels et permettre à l’entourage proche des personnes infectées par la COVID-19 de s’isoler plus rapidement.

Bien que l’Alberta compte beaucoup sur les premières doses du vaccin Pfizer-BioNTech, arrivées en début de semaine, le dépistage demeure une priorité afin de contenir la propagation du virus dans la province aux 19 865 cas actifs, selon le bilan du vendredi 18 décembre. La province de l’Ouest enregistre une légère baisse de sa courbe, passée en dessous de la barre des 20 000, soit environ un point de moins.

« Le fait d’amener le dépistage rapide directement aux endroits où il peut aider à protéger la santé des Albertains les plus vulnérables est un ajout important à notre système de dépistage provincial », a déclaré le ministre de la Santé, Tyler Shandro.

Depuis mars 2020, l’Alberta a réalisé 2,5 millions de tests sur plus de 1,5 million de personnes.

Atteindre les populations dites à risque

Dès à présent, des unités mobiles sont à pied d’œuvre pour faire passer des tests de dépistage dans les établissements de soins de longue durée et dans certaines cliniques se trouvant dans la zone d’Edmonton.

Ces tests seront également accessibles dans le courant des prochaines semaines dans près de 25 hôpitaux ruraux , notamment à Cardston, Pincher Creek, Brooks, Oyen, Wetaskiwin, Drayton Valley, Drumheller, Rocky Mountain House, Castor, Coronation, Wabasca, Edson, Cold Lake, St. Paul, Elk Point, Peace River, Westlock, Barrhead, Provost, Lac La Biche, Camrose, Wainwright, Hinton, Two Hills et Vegreville.

« Notre service intégré de laboratoire provincial nous permet de mettre en œuvre et d’étendre rapidement l’utilisation de nouveaux équipements et processus au profit de tous les Albertains », explique Mauro Chies, président du conseil d’administration des Alberta Precision Laboratories ainsi que vice-président de Cancer Care Alberta et des services de soutien clinique des services de santé de l’Alberta.

En principe, dès lundi, ces équipes mobiles se déploieront aussi dans la zone de Calgary et se concentreront en priorité sur les sites d’éclosion. Les infirmières ont reçu une formation spécifique pour faire passer les tests aux plus démunis, notamment aux sans-abri, une population considérée comme particulièrement à risque au virus de la COVID-19 et très difficile à toucher.

Ce test présente aussi un atout certain pour protéger le personnel soignant et surveiller sa propagation au sein de l’équipe médicale. Nombre de médecins et d’infirmières rentrent chez eux avec la peur de ramener sans la moindre certitude le virus à leurs proches.

« Le test COVID-19 en interne est extrêmement utile pour surveiller la santé de nos clients et protéger notre personnel et le public lorsque nous gérons des épidémies dans notre établissement », déclare Sandra Clarkson, directrice exécutive, Calgary Drop-In Centre.

Pour le moment, les analyses des tests de dépistage devront obligatoirement passer par Calgary et Edmonton. Un processus qui engendre un certain délai dans le dévoilement des résultats.

Selon les chiffres de la province, plus de 1 000 personnes ont déjà bénéficié des tests rapides dans les centres d’évaluation et les hôpitaux. En quelques heures , 76 cas positifs ont pu être détectés grâce à cette initiative.

Hélène Lequitte, Initiative de journalisme local, Le Devoir