L’école d’Earlton rend hommage à une enseignante décédée

·2 min read

À la fin du mois d’octobre, l’École catholique Assomption d’Earlton inaugurait un banc en mémoire de Ginette Labonté, une enseignante appréciée de tous, décédée beaucoup trop tôt de façon tragique.

Un triste accident

En juillet 2015, Ginette Labonté, 51 ans, et son mari, René Labonté, 54 ans, faisaient du camping sauvage à Red Squirrel Lake, près de Temagami, avec des membres de leur famille. Ils y passaient la semaine. Leurs filles, Marilyne, Véronique et Renelle, devaient les rejoindre pour passer la fin de semaine avec eux. Malheureusement, elles n’ont jamais pu vivre ce moment de camping en famille. Dans la semaine, Ginette et René se sont noyés alors qu’ils étaient tous les deux en bateau. Le tragique accident est survenu le 29 juillet. « Nous avons appris leur décès par nos tantes et nos oncles qui avaient reçu un appel provenant de notre tante et de notre oncle qui campaient avec nos parents. Une nouvelle que personne ne veut apprendre », se souvient Renelle, la benjamine de la famille.

Monsieur et madame Labonté ont toujours habité à New Liskeard. René y avait une entreprise de rénovation en plus d’être camionneur. Ginette a longtemps travaillé pour Extendicare Tri-Town Nursing Home. Elle était dans le domaine de l’éducation depuis une dizaine d’années, d’abord comme enseignante à l’École catholique St-Michel de New Liskeard et ensuite comme enseignante responsable du dossier de l’éducation de l’enfance en difficulté à l’École Assomption d’Earlton.

Une enseignante au cœur en or

Même si cinq années se sont écoulées depuis le tragique accident, Ginette Labonté est toujours présente dans le cœur de ses collègues de travail. Manon Gauthier, aide-enseignante, a travaillé de près avec madame Labonté. « Elle était très bonne dans ce qu’elle faisait. Elle voulait toujours le bien des élèves. Elle était toujours souriante. Je voulais qu’elle soit reconnue pour son beau travail dans l’école. » Le personnel de l’École catholique Assomption d’Earlton tenait à garder un souvenir de cette collègue exceptionnelle. Un banc fut donc inauguré en son honneur. Ses filles et ses petits-enfants étaient présents lors de l’événement. « Nous avons été vraiment touchées et impressionnées d’apprendre que chaque élève de l’école avait apposé l’empreinte de son pouce sur le banc. Ma mère était très impliquée dans l’enseignement et elle avait à cœur le succès de tous les enfants. Nous sommes fières de ce que nos parents ont accompli au cours de leur vie. Ils aimaient la vie et être avec la famille et les amis. L’église était pleine à craquer pendant les trois jours qu’ont duré les cérémonies liées à leurs funérailles », raconte Renelle Labonté, émue par la délicatesse du geste posé par les collègues de sa mère.

Dominique Roy, Initiative de journalisme local, Reflet Témiscamien (Le)