Légère baisse de la criminalité mais hausse des crimes à caractère sexuel à Longueuil

François Laramée, Initiative de journalisme local
·3 min read

Une légère baisse de la criminalité de l’ordre de 2,4 % a été enregistré sur le territoire de l’agglomération de Longueuil en 2019 mais quatre meurtres de plus que l’année précédente ont été commis et on note une hausse de 11 % des crimes à caractère sexuel. Voilà quelques éléments significatifs du rapport 2019 du service de police de l’agglomération de Longueuil, rendu public la semaine dernière.

3239 crimes contre la personne ont été commis (contre 3106 en 2018) 10445 crimes contre la propriété ont été enregistrés (contre 11203 en 2018) alors que les infractions d’ordre criminel ont chuté de 2% avec 11313 cas. Les interventions non reliées à des crimes ont aussi chuté de 1 % avec 60672 cas. Cette dernière statistique confirme aussi que près de 70 % des appels logés au 911 annuellement le sont pour des problèmes autres que des crimes, surtout pour de problèmes psychologiques.

En 2019, 135 355 cartes d’appels ont été complétées par le personnel de la centrale 911, dont 65 % ont nécessité l’intervention du Service de police de l’agglomération de Longueuil.

Les crimes sexuels ont augmenté de près de 12 % dans la dernière année. Le nombre de cas rapportés se situe au-dessus de la moyenne des cinq dernières années, suggérant ainsi que l’onde de choc provoquée par les mouvements sociaux tels que #MeToo s’est poursuivie en 2019 et continuera fort possiblement à encourager les victimes à dénoncer d’anciennes et de futures agressions. Ces chiffres réitèrent l’importance de sensibiliser la population à des comportements sexuels adéquats dès leur plus jeune âge. La plupart du temps, le suspect est connu de la victime (78 %).

LES INTERVENTIONS POLICIÈRES

En ce qui a trait aux demandes d’assistance au public, les policiers sont intervenus à 7 711 adresses différentes en 2019. Pour près du tiers de ces endroits (31 %), au moins cinq interventions ont été effectuées et c’est au métro Longueuil–Université-de-Sherbrooke

que l’on dénombre la plus forte occurrence, soit 134 demandes. Une analyse réalisée en avril 2019 sur l’ensemble des appels effectués dans ce secteur névralgique a permis d’identifier les problématiques sociales et criminelles vécues par les résidents et usagers du métro. Un plan d’action impliquant diverses sections du SPAL et leurs partenaires est d’ailleurs en cours à cet effet.

.

La variation de la criminalité la plus significative est observée au niveau des infractions en vertu de la Loi sur les stupéfiants. Celle-ci est principalement attribuable à la légalisation du cannabis, les autres infractions étant demeurées relativement stables entre 2018 et

2019. En effet, 400 infractions de moins ont été enregistrées en matière de possession de cannabis en 2019, comparativement aux années antérieures à la légalisation. L’âge légal haussé à 21 ans au Québec depuis le 1er janvier 2020 pourrait cependant entraîner un réajustement des statistiques en matière de possession illégale pour cette substance lors de la prochaine année.

François Laramée, Initiative de journalisme local, La Relève