La Banque du Canada laisse son taux d'intérêt directeur inchangé

Jordan Press
·4 min read

OTTAWA — La Banque du Canada a laissé son taux d'intérêt directeur inchangé, mercredi, et a indiqué que l'économie du pays ne se remettrait pas complètement de la crise de la COVID-19 avant 2022, tout en précisant que le chemin pour y arriver dépendrait de celui qu'empruntera la pandémie.

En juillet, la Banque du Canada avait dit croire que le pays avait évité le pire scénario.

Dans la mise à jour de ses prévisions, publiée mercredi, la banque centrale va dans le même sens. Elle souligne que la reprise enregistrée cet été a été plus vigoureuse que prévu et que le pays a renversé environ les deux tiers du déclin enregistré dans la première moitié de l'année.

Les prévisions du rapport sur la politique monétaire évoquent une contraction de 5,7 % de l'économie canadienne cette année, mais une croissance de 4,2 % l'an prochain et une autre de 3,7 % en 2022. Cela signifie que le produit intérieur brut ne renouera pas avec ses niveaux prépandémiques avant deux autres années.

Dans une déclaration préliminaire, le gouverneur de la banque centrale, Tiff Macklem a affirmé qu'il faudrait un certain temps pour que l'économie se remette complètement de la pandémie, et que la croissance devrait être «inégale d’un secteur à l’autre et évoluer en dents de scie».

«Nous savons qu’à cause de la pandémie, les investissements diminuent et que certaines personnes risquent de voir leurs perspectives d’emploi compromises pendant une longue période. Ces forces réduiront le potentiel économique du Canada», a affirmé M. Macklem.

Le rapport prévoit une inflation annuelle de 0,6 % cette année, de 1,0 % l'année prochaine et de 1,7 % en 2022.

La banque centrale a laissé mercredi son taux de financement à un jour à 0,25 %, et a l'intention de le laisser à ce faible niveau jusqu'à ce que l'économie se rétablisse et que l'inflation revienne à sa cible.

La banque a également annoncé mercredi son intention d'acheter davantage d'obligations à plus long terme, car celles-ci visent «plus directement les taux d’emprunt les plus pertinents pour les ménages et les entreprises».

Les projections de croissance et d'inflation marquent un retour à la pratique habituelle de la banque de donner une vision à plus long terme de l'économie dans son rapport trimestriel sur la politique monétaire.

Selon le rapport, les six mois d'expérience avec les mesures de confinement et les programmes de soutien, ainsi que de plus amples informations sur les développements médicaux tels que les vaccins, ont donné à la banque une meilleure base pour faire des prévisions de base.

L'impact des restrictions sanitaires

Les perspectives de la banque reposent sur deux hypothèses importantes: celle voulant qu'un retour des confinements généralisés soit exclu et celle voulant qu'un vaccin ou un traitement efficace soit largement disponible d'ici la mi-2022.

Le pays a récupéré environ les deux tiers des trois millions d'emplois perdus en mars et avril. L'aide fédérale d'urgence a remplacé les salaires perdus pour des millions de travailleurs et fourni des prêts et des subventions salariales aux entreprises en difficulté.

La récupération après la baisse de cette année a été inégale, note le rapport. Les secteurs les plus durement touchés, tels que les restaurants, les voyages et l'hébergement, continuent d'être à la traîne.

Les travailleurs de ces secteurs, ainsi que les jeunes et les travailleurs à faibles salaires, continuent de faire face à des taux de chômage élevés, indique le rapport.

Tous peuvent à nouveau être durement touchés par de nouvelles séries de restrictions, note le rapport. Certaines régions du pays ont déjà imposé de telles restrictions de santé publique face à l'augmentation du nombre de cas de COVID-19.

«L’envergure et la rigueur des mesures de reconfinement, qui ont notamment une incidence sur la situation des écoles et l’offre de services de garde, pourraient renverser les progrès accomplis», indique le rapport.

«En outre, les longues interruptions de travail peuvent avoir des répercussions à plus long terme sur les perspectives de revenu des groupes vulnérables.»

Le rapport indique que l'aide gouvernementale a joué un rôle clé en fournissant une bouée de sauvetage financière aux particuliers et aux entreprises.

Les changements apportés à l'assurance-emploi et les nouveaux programmes de prestations augmenteront le revenu disponible des ménages, écrivent les responsables, ajoutant que la banque s'attend à ce que l'aide gouvernementale «continue d'apporter un soutien important à l’économie tout au long de la reprise».

Jordan Press, La Presse Canadienne