La Basse-Côte-Nord est insatisfaite des services de Postes Canada

·2 min read

Les résidents de la Basse-Côte-Nord sont insatisfaits des services de Postes Canada. C'est le constat qui ressort d'un sondage mené entre novembre et décembre 2020 par la députée de Manicouagan, Marilène Gill.

Selon le sondage qui réunit les réponses de 497 personnes, 76,9% des usagers se disent insatisfaits du service postal et 79,5 % des clients confirment qu'il y a des retards dans la livraison de la poste.

« Postes Canada doit arrêter de traiter les Bas-Nord-Côtiers comme des citoyens de seconde classe. Les chiffres ne mentent pas. À la lumière des données récoltées par mon bureau, nous constatons que des 497 citoyens ayant répondu au sondage, 76,9 % d'entre eux se disent insatisfaits du service postal qu’ils reçoivent. Nous en concluons que le problème du service postal est bien réel, contrairement à ce que prétend Postes Canada », a déclaré Marilène Gill.

« Nous ne pouvons plus tolérer cette situation. Il ressort du sondage que les Bas-Nord-Côtiers dépensent en moyenne 322 $ annuellement pour les services postaux tandis que, de leur côté, on sait que Postes Canada dépense 270 $ pour chaque porte ici. Autrement dit, nous payons plus pour Postes Canada que ce que Postes Canada paye pour nous, et pour quoi? Pour un service exécrable. Au fond, nous sommes captifs de Postes Canada. En plus, déjà que la Basse-Côte-Nord est isolée du Québec, c’est très important pour nous de pouvoir recevoir des colis », explique Randy Jones, préfet de la MRC du Golfe-du-Saint-Laurent et maire de Gros-Mécatina.

De son côté, la mairesse de Blanc-Sablon, Wanda Beaudoin, explique que les retards dans les livraisons peuvent avoir des impacts sur la santé des gens lorsqu'il s'agit de biens médicaux.

Les solutions

La députée du Bloc québécois dénonce l'attitude de Poste Canada qui selon elle, n'agit pas comme une société d'État qui doit offrir un service équitable à l’ensemble de la population. Mme Gill affirme avoir proposé des solutions à Poste Canada telles que le recours au Bella Desgagnés, qui permettrait de garantir deux livraisons de courrier par semaine ou utiliser un fournisseur local pour le service de transport de courrier plutôt que l'entreprise Air Borealis, mais que ces suggestions sont restées sans réponse.

Marilène Gill compte organiser prochainement une rencontre entre les élus de la Basse-Côte-Nord et les responsables de Poste Canada au Québec. La députée conclut en affirmant : « Au lieu de participer à l’isolement des Bas-Nord-Côtiers et à la précarisation de leur santé, Postes Canada doit dès maintenant faire ses devoirs et livrer la poste à temps. À un moment donné, ça suffit! »

Vincent Berrouard, Initiative de journalisme local, Le Nord-Côtier