« La Chronique des Bridgerton » : voir ou ne pas voir les couleurs