La jeune artiste Janik Marceau crée au gré de ses inspirations

·3 min read

On peut dire que la jeune artiste Janik Marceau a une vie assez occupée. Celle qui est intervenante au Centre d’action bénévole de Jonquière, assistante de cours en travail social et étudiante à la maîtrise dans ce domaine trouve tout de même du temps libre pour faire la réalisation de toiles, d’objets décoratifs et de dessins qu’elle affiche sur sa page Facebook.

L’artiste de 27 ans originaire de Chicoutimi se souvient qu’elle a toujours été attirée par les arts. « Depuis très jeune, j’adore dessiner, j’adore créer. J’ai toujours eu ce côté artistique, depuis que je suis toute petite », se remémore-t-elle, lors d’un entretien par visioconférence avec Le Quotidien.

Depuis quelques années, elle considère cette passion un peu plus sérieusement. Elle a mis sur pied une page Facebook, afin de montrer au public ses plus récentes créations. Près de 900 personnes suivent cette page.

Divers médiums Janik Marceau a bien des talents. Au début, l’artiste se concentrait sur des toiles en acrylique, surtout d’animaux, mais crée maintenant au gré de ses inspirations. « Je suis une fille passionnée et quand j’entreprends quelque chose, je suis mes inspirations, même si elles sont nombreuses et souvent toutes en même temps. C’est ce qui fait que mon art est aussi diversifié », explique l’étudiante à la maîtrise en travail social.

C’est d’ailleurs son inspiration du moment qui l’a mené vers l’époxy et la résine, des matériaux qui lui ont amplement servi dans les derniers mois. Elle a créé de nombreuses barrettes à cheveux, plateaux de service pour la cuisine, sous-verre, en plus de toiles abstraites des plus originales.

Elle n’a pas de préférences en termes de médium. « Ça dépend toujours du moment. Des fois, j’ai vraiment envie de travailler avec l’époxy, et d’autres, je préfère l’acrylique. J’aime toucher à tout donc ça dépend vraiment du moment, de comment je me sens et de comment je suis inspirée », raconte Janik.

Lorsqu’elle pense à son parcours, plusieurs créations la rendent très fière, mais elle se souvient d’avoir été touchée lorsque l’ancien Premier ministre Philippe Couillard a affiché l’une de ses toiles, à son bureau. Il voulait davantage faire connaître les artistes de la région en présentant leurs œuvres à son lieu de travail.

Objectifs Janik souhaite qu’un jour, ses œuvres soient exposées dans des galeries d’art. Elle aimerait aussi, quand elle le pourra, participer à davantage d’événements artistiques sociaux. Elle a récemment participé à la boutique éphémère de la Place du Royaume et il y a quelques années, au Salon de la femme. « À long terme, j’aimerais être reconnu autant professionnellement qu’artistiquement. J’aimerais devenir travailleuse sociale, mais mon rêve est d’être psychothérapeute. J’aimerais peut-être même combiner l’art avec la relation d’aide. Je trouve que ça ferait un beau mélange qui combinerait mes deux passions », avoue la jeune femme.

Pour avoir plus de détails et suivre les nouvelles créations de Janik, elle invite les intéressés à suivre sa page Facebook. Un onglet « Acheter » permet aux abonnés de voir les pièces disponibles et de poser leurs questions. L’artiste fait aussi des pièces sur mesure.

Myriam Arsenault, Initiative de journalisme local, Le Quotidien