La juge Denise Descôteaux devant le Conseil de la magistrature du Québec